Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 17:41

Rappel de la législation en vigueur : L'utilisation des détecteurs de métaux est strictement interdite sur ces sites archéologiques et historiques. En cas de problème, prévenir la gendarmerie.

 

Code du Patrimoine,

Art. L. 542-1 - Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d'objets métalliques, à l'effet de recherches de monuments et d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art ou l'archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.

 

Des renseignements complémentaires sur :

Ce week-end se sont déroulées les Journées Nationales de l'Archéologie. C'est l'occasion pour nous de donner un bref aperçu sur les traces archéologiques en Val de Sarthe.

On compte sur le Val de Sarthe plus d'une centaine d'entités archéologiques enregistrées dans les bases de l'administration. A cela il faut ajouter des découvertes ponctuelles qui laissent à penser que de nombreux autres sites sont à ajouter à cette liste. Par ailleurs, la plupart des communes du Val de Sarthe n'ont jamais connu de prospections archéologiques systématiques.

Il ne s'agit pas ici de présenter un inventaire complet, mais de donner un aperçu des traces archéologiques dans notre région.

 

Les diverses observations menées sur le terrain montrent que notre territoire est occupé depuis fort longtemps. Ainsi, à Voivres Lès Le Mans a été mis en évidence la présence d'une occupation moustérienne (-300 000 à – 30 000) en surplomb de l'ancien cours de la Sarthe.

Bref aperçu archéologique en Val de Sarthe
Bref aperçu archéologique en Val de Sarthe

Les découvertes montrent, très logiquement, que le couloir de la Sarthe a été fréquenté lors de l'époque préhistorique. Ainsi à Guécélard, les recherches de M. Gobenceaux attestent d'une présence préhistorique à diverses époques.

Le site de M. Gobenceaux où il montre la présence préhistorique à Guécélard.

En fait, dès que l'on prospecte, on trouve de l'outillage lithique laissé par les hommes préhistoriques.

Etival Lès Le Mans

Etival Lès Le Mans

Etival Lès Le Mans

Etival Lès Le Mans

Fillé sur Sarthe

Fillé sur Sarthe

Louplande

Louplande

Roézé sur Sarthe

Roézé sur Sarthe

Voivres Lès Le Mans

Voivres Lès Le Mans

A Fillé, la découverte d'une meule dormante atteste la présence des hommes à l'époque néolithique. C'est en quelque sorte un clin d’œil du passé à l’actuel moulin.

Fillé sur Sarthe

Fillé sur Sarthe

A l'extrême fin de la Préhistoire (époque protohistorique), les hommes ont édifié des mégalithiques. Il nous reste aujourd'hui le dolmen de la Pierre Couverte (classé MH 16/12/1982 ) à Parigné-le-Pôlin, mais il en existait d'autres tel le dolmen du Grand Moussu à Saint Jean du Bois ou le mégalithe de Pierreaube à Fillé dont il ne reste que le toponyme (littéralement « pierre blanche »). Ces monuments sont à placer dans une période allant du 5ème millénaire au 2ème millénaire av. J.-C.

Parigné le Pôlin

Parigné le Pôlin

Aux époques gauloises et romaines, notre territoire est densément occupé comme le montrent différentes découvertes.On y trouve par exemple une activité métallurgique (production de fer) attestée par la découverte de nombreux sites avec scories de fer, mais aussi des traces d'habitat sous formes d'enclos fossoyés et de constructions en dur.

Voivres Lès Le Mans - coulée de bas fourneau

Voivres Lès Le Mans - coulée de bas fourneau

Roézé sur Sarthe - zone de scories de fer sur site de production

Roézé sur Sarthe - zone de scories de fer sur site de production

Bref aperçu archéologique en Val de Sarthe
Louplande

Louplande

Etival Lès Le Mans

Etival Lès Le Mans

On connait des villas gallo-romaines à La Suze, Voivres, Chemiré le Gaudin, Souligné-Flacé, Etival, Fercé, Fillé, etc. Dans certains champs, ces habitants apparaissent sous la forme de mobiliers archéologiques visibles au sol.

 

La Suze - Villa

La Suze - Villa

La Suze -Villa

La Suze -Villa

Voivres Lès Le Mans

Voivres Lès Le Mans

Roézé sur Sarthe - Tessons indiquant la présence d'un habitat antique

Roézé sur Sarthe - Tessons indiquant la présence d'un habitat antique

Voivres Lès Le Mans - Morceau de meule gallo-romaine

Voivres Lès Le Mans - Morceau de meule gallo-romaine

A Chemiré le Gaudin, le site de la Tétardière a été partiellement fouillé en 1986/1987 lors des travaux autoroutiers. Les fouilles ont mis au jour la partie artisanale de la villa et les archéologues ont constaté une occupation romaine puis une autre médiévale (7ème au 13ème s.). Lors des mêmes travaux, la villa des Fourneaux à Souligné-Flacé est occupée entre le 1er et le 3ème s. alors que celle des Tertres se poursuit au 4ème s.

Chemiré le Gaudin - Céramique sigillée découverte à la Tétardière

Chemiré le Gaudin - Céramique sigillée découverte à la Tétardière

Certains chemins encore présents dans nos paysages correspondent à d'anciennes voies antiques.

Bref aperçu archéologique en Val de Sarthe

Au Moyen-Age, les paroisses se mettent en place ainsi que l'organisation féodale. Notre organisation territoriale actuelle est fortement calquée sur ces modèles médiévaux.

A Fercé, la présence mérovingienne est attestée par une découverte de sarcophages et d'une plaque-boucle vers le milieu du 19ème siècle. D'autres sarcophages ont été découverts à Guécélard, Fillé, etc.

Fercé sur Sarthe

Fercé sur Sarthe

A Louplande, dans l'actuel Vieux-Bourg est édifiée une motte féodale autour de laquelle va se développer l'ancien village de Louplande avant qu'il ne s'installe sur l’actuelle route de Sablé.

A Malicorne, les seigneurs installent une forteresse pour contrôler la rivière tout comme à La Suze où le seigneur construit un pont et perçoit un droit de péage.

Bref aperçu archéologique en Val de Sarthe

Le patrimoine archéologique est un bien fragile qui va au delà de la simple collection d'objets. Il permet de comprendre les origines et l'organisation d'un territoire sur lequel nous vivons. L'état actuel de cet espace est le fruit d'une longue construction. Et pour comprendre cette organisation, il est nécessaire de protéger ces vestiges afin de les transmettre aux générations futures dans les meilleures conditions.

 

 

Partager cet article

6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 09:41

Des nouvelles ...

13 juin 2015 : De nouvelles affiches ont été éditées et posées dans le village.

Tout aurait pourtant été si simple grâce à un coup de fil pour demander une utilisation gracieuse plutôt que de rééditer des affiches.

Encore une fois, nous avons à déplorer qu'un de nos documents, publié sur ce blog, ait été utilisé sans notre accord.

 

 

 

 

L'affiche éditée et diffusée ces jours-ci.

L'affiche éditée et diffusée ces jours-ci.

Notre document pourtant signé !

Notre document pourtant signé !

Ce n'est pas la première fois que l'on copie et utilise nos travaux sans en demander l'autorisation.

 

Nous avions déjà relaté ici même la publication de nos clichés sans accord préalable en 2008 par la Communauté de Communes : http://canton-la-suze-sur-sarthe.over-blog.com/article-16958222.html

 

Le même soucis nous est arrivé il y a peu avec la mairie de Louplande qui avait utilisé nos travaux sans autorisation et en nous évacuant des commémorations : http://canton-la-suze-sur-sarthe.over-blog.com/2014/03/une-bourde-%C3%A0-louplande.html

 

 

 

 

 

Pourtant, à chaque fois qu'on nous le demande nous donnons l'autorisation pour utiliser nos documents. Cela ne nous gêne nullement d'aider d'autres associations ou des collectivités locales dans la mise en oeuvre d'activités qui mettent en avant notre territoire.

Nous l'avons fait dernièrement pour le moulin de Fillé (http://www.ile-moulinsart.fr/) à l'occasion de la Fête de l'eau. Nous avions donné notre accord sans aucun problème et le cliché utilisé a simplement été crédité à l'auteur.

 

Une affiche récente avec une de nos photographies utilisée avec autorisation et créditée.

Une affiche récente avec une de nos photographies utilisée avec autorisation et créditée.

On trouvera sur le site Legifrance les documents concernant le code de la propriété intellectuelle.

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes tout de même cordialement invités à cette manifestation très agréable au bord de l'eau.

Par contre n'oubliez pas de régler vos consommations car il est interdit de se servir sans avoir payé son dû ...

Partager cet article

24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 08:55

S’il est des figures nationales qui passent dans l’oubli là où ils sont nés, Pierre de la Forêt en est un bon exemple.

Il naquit en 1304 ou 1305 à La Suze « de parents obscurs mais irréprochables » comme disent certains de ses biographes. Pas si obscurs que cela tout de même, surtout du côté de sa mère, Marguerite de la Chapelle native de La Chapelle Saint-Aubin, qui était la sœur de Geoffroy de la Chapelle qui deviendra évêque du Mans en 1338 ; les biographes de l’évêque Geoffroy rapportent que ses parents étaient cultivateurs et que son intelligence lui permit justement d’accéder à l’épiscopat. Par contre, on ne connait rien de son père, Philippe de la Forêt « homme du peuple très estimé dans le pays » ; certains biographes prénomment son père Pierre.

L'église de La Suze avec sa nef romane reprise au 19ème siècle.

L'église de La Suze avec sa nef romane reprise au 19ème siècle.

Enfant précoce, Pierre de la Forêt achève ses études brillamment puisqu’il termine ses humanités et sa philosophie dès l’âge de douze ans. Il poursuit en étudiant le droit civil et le droit canon, compétences qui lui permettent d’atteindre le grade de docteur. Ses qualités lui valent d’enseigner dans les universités prestigieuses de l’époque telles celles d’Angers et d’Orléans vers les années 1330/1335. Ses compétences sont telles qu’on vient de loin pour l’écouter. Localement, il avait bénéficié de la cure de Chemiré-le-Gaudin de la part de l’évêque Guy de Laval après avoir été admis en prêtrise; cela devait être bien loin de lui procurer l’épanouissement qu’un tel personnage pouvait espérer. En 1326, il est cité comme chanoine de Paris, prévôt de Saint Martin de Tours et archidiacre de Montfort près du Mans.

Ses brillantes capacités lui valurent de devenir avocat général du Roi Philippe VI de Valois au Parlement de Paris. Il obtint ainsi de nouveaux bénéfices religieux non négligeables comme par exemple diverses prébendes dans des églises de Paris et Rouen, mais aussi en celle de Saint-Pierre la Cour au Mans.

L'église de Chemiré le Gaudin (Sarthe).

L'église de Chemiré le Gaudin (Sarthe).

En 1347, à la mort de l’évêque Geoffrey de la Chapelle, son oncle, il est élu évêque du Mans ; mais son élection est invalidée par le pape Clément V. Il est alors nommé chancelier de Normandie par Jean, duc de Normandie, fils de Philippe VI de Valois et futur roi de France sous le nom de Jean II le Bon. Cela montre les liens étroits à cette époque entre le Maine et la monarchie puisque Jean est né en 1319 à château du Gué de Maulny au Mans. Pour illustrer la confiance que le roi porte à Pierre de la Forêt, on peut citer son rôle en tant que négociateur dans le transport du Dauphiné à la France par le traité de Romans en 1349 ; expérience relativement douloureuse puisque Pierre de la Forêt sera enlevé lors d’une sortie mal gérée. A cette même époque, il avait aussi acheté au nom du roi Philippe VI la seigneurie de Montpellier.

Quelques mois plus tard, Philippe VI de Valois le nomme chancelier de France. En juillet de la même année, il devient évêque de Tournai. Il occupe alors une place prépondérante dans l’entourage et sera souvent appelé à négocier des accords internationaux.

 

Philippe VI de Valois meurt en 1350 et Pierre de la Forêt devient son exécuteur testamentaire. Il devient ensuite évêque de Paris, puis archevêque de Rouen en 1352. Les années 1350 sont pour Pierre de la Forêt une décennie très importante. Il doit mener des négociations avec les Anglais en ce début de Guerre de Cent-Ans, négociations capitales alors que le roi Jean II le Bon est fait prisonnier suite à la bataille de Poitiers en 1356. Parallèlement, il doit affronter certains Grands du Royaume qui l’ont fait déchoir de son titre de chancelier suite à la convocation des Etats Généraux de 1355. C’est lui-même qui avait ouvert cette session des Etats-Généraux par un discours sur l’état du Royaume et, déjà, sur la nécessité de trouver une solution pour remplir les caisses de l’Etat. Il ira même à Londres en 1358, puis sera réinstallé dans sa fonction de chancelier en 1359 par Charles, alors dauphin de France.

Philippe VI et Jeanne de Bourgogne à la chapelle royale du Gué de Maulny

Philippe VI et Jeanne de Bourgogne à la chapelle royale du Gué de Maulny

La mort de Philippe VI de Valois

La mort de Philippe VI de Valois

La capture de Jean II le Bon lors de la bataille de Poitiers (1356)

La capture de Jean II le Bon lors de la bataille de Poitiers (1356)

Pierre de la Forêt fut également anobli en 1354 avec deux de ses frères (Jean et Roch selon certaines sources). Cet anoblissement était nécessaire pour pouvoir jouir pleinement de la châtellenie de Louplande qu’il venait d’acquérir. L’année 1356 marque pour lui la consécration de sa carrière religieuse puisqu’il devint cardinal. Il rejoint la cour papale installée à Avignon mais est sans doute victime de l’épidémie de peste qui touche alors la région. Il y meurt en juin 1361, cette épidémie ayant décimé, entre autre, une partie des religieux puisqu’une centaine d’évêques et neuf cardinaux trépassent. Pierre de la Forêt est inhumé dans la cathédrale du Mans tandis que son cœur reste à Villeneuve-lès-Avignon. Sa sépulture sera détruite en 1562 lors des dégradations commises par les protestants en la cathédrale Saint Julien.

François Du Chesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, 1660

François Du Chesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, 1660

Certaines références donnent pour frères Philippe, Guillaume, Jean et Dreux ; il aurait aussi trois sœurs dont Jeanne, abbesse de Chelles, et deux autres dont le prénom ne nous est pas donné. Jean et Dreux, ainsi que leurs deux beaux-frères, Guillaume Musnier et Mathieu Bouchet auraient été anoblis en 1352.

Partager cet article

4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 08:36

Ce vendredi 3 avril 2015, la pluie a daigné céder sa place le temps que se fasse l'inauguration de la nouvelle roue du moulin de Fillé. Arrêtée depuis 1975 depuis la fin de l'activité de la meunerie sur ce site, la roue avait été restaurée à la fin des années 90 grâce à l'intervention des bénévoles de l'Association de Sauvegrade des Amis du Moulin de Fillé. L'intervention de l'époque consistait à refaire la roue à l'identique.

Or en 2015, des travaux ont été effectués afin d'améliorer la production. En place des anciennes pales droites, ont été installées des pales courbes qui permettent de mieux récupérer la force hydraulique.

Profitant de cette restauration, le site propose à l'occasion de la fête de l'eau le dimanche 5 avril des actvités.

Des renseignements supplémentaires sont disponibles aux adresses suivantes :

http://www.ile-moulinsart.fr/

http://www.ile-moulinsart.fr/25/03/2015/fete-de-leau/

http://www.ile-moulinsart.fr/moulin-st-cyprien/

 

 

 

 

 

Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart
Une nouvelle roue au moulin de Fillé (Sarthe) sur le site de MoulinSart

Partager cet article

28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 11:37
Nouvelle saison à MoulinSart

Partager cet article

18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 16:04
Chemiré le Gaudin - L'église d'Athenay

Chemiré le Gaudin - L'église d'Athenay

Fercé sur Sarthe - Le pont métallique de 1892

Fercé sur Sarthe - Le pont métallique de 1892

Fillé sur Sarthe - Le moulin médiéval du site de MoulinSart

Fillé sur Sarthe - Le moulin médiéval du site de MoulinSart

La Suze sur Sarthe - L'intérieur de la chapelle Notre Dame des Bois

La Suze sur Sarthe - L'intérieur de la chapelle Notre Dame des Bois

Malicorne sur Sarthe - Le moulin à couleurs

Malicorne sur Sarthe - Le moulin à couleurs

Roézé sur Sarthe - Le pont de 1898 et l'église médiévale

Roézé sur Sarthe - Le pont de 1898 et l'église médiévale

Souligné-Flacé - Un retable fin 19è/début 20è

Souligné-Flacé - Un retable fin 19è/début 20è

Spay - Le bureau de poste, élément typique de l'architecture "administrative" du début du 20è siècle.

Spay - Le bureau de poste, élément typique de l'architecture "administrative" du début du 20è siècle.

Partager cet article

4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 17:50

La commune de Souligné-Flacé possède deux églises. Celle de Flacé, communément appelée « chapelle », a fait l'objet depuis de nombreuses années, et grâce à l'action efficace de bénévoles, d'un programme de restauration qui a permis de sauver cette église romane d'une ruine certaine.

L'église Saint-Rigomer du bourg de Souligné, quant à elle, sert toujours au culte et est dans un assez bon état général. Cet édifice remonte, pour ses parties les plus anciennes au XIème siècle. En entrant par la tour-clocher, on pourra d'ailleurs admirer le portail roman toujours là pour accueillir les gens. Dans la dernière partie du Moyen-Age, le chevet roman disparaît au profit d'un chevet plat plus vaste. Puis dans la deuxième moitié du XIXème siècle, on va agrandir l'église en construisant une nouvelle travée du côté sud.

Le mur nord de l'église Saint-Rigomer avec son appareillage roman classique composé de moellons de roussard er calcaire. Les petites fenêtres romanes ont été obstruées.

Le mur nord de l'église Saint-Rigomer avec son appareillage roman classique composé de moellons de roussard er calcaire. Les petites fenêtres romanes ont été obstruées.

A l'intérieur du bâtiment, des peintures murales du XVème siècle ont été classées en 1946. Mais afin de protéger certaines parties qui commençaient à souffrir des affres du temps, une restauration a été lancée en 2013 et doit s'achever en 2015. C'est l'atelier de restauration ARCC de Brice Moulinier, basé à Blois, qui est intervenu sur ce chantier afin de nettoyer et stabiliser les peintures murales. Une première phase a consisté à travailler sur le panneau dit de « Saint Martin et des bavardes ». L'intervention permet aujourd'hui une bonne lecture de l'ensemble et même d'y percevoir les traces d'altération laissées par les protestants au XVIème siècle. Il faut également noter sur ce mur nord la découverte, pressentie par J. Guilbault qui fut Conservateur des Antiquités et Objets d'Arts pour la Sarthe, des traces d'un rare retable peint faisant le pendant du retable principal installé au fond du chevet. Seules quelques petites fenêtres ont mis en évidence la présence de cette merveille. Peut-être qu'un jour les fonds seront suffisants pour faire ressortir ce rare retable en trompe l’œil.

Restauration des peintures murales à Souligné-Flacé (Sarthe)
Restauration des peintures murales à Souligné-Flacé (Sarthe)
Le panneau des bavardes et de Saint-Martin avant restauration.

Le panneau des bavardes et de Saint-Martin avant restauration.

Le panneau des bavardes et de Saint-Martin après restauration.

Le panneau des bavardes et de Saint-Martin après restauration.

Une fenêtre exploratoire qui laisse entrevoir la richesse du retable nord.

Une fenêtre exploratoire qui laisse entrevoir la richesse du retable nord.

La dernière intervention se fait sur la partie sud du chevet où plusieurs saints ont été mis en évidence. Elle était assez urgente puisque les peintures commençaient à se décoller de leur support. Cela a d'ailleurs permis de découvrir que sous la couche actuelle existent d'autres peintures murales.

L'intervention actuelle sur le mur sud du chevet.

L'intervention actuelle sur le mur sud du chevet.

Il serait souhaitable que cette richesse picturale soit aujourd'hui mise en valeur avec la présence de panneaux explicatifs dans l'église afin que les curieux puissent avoir une grille de lecture.

Il faut enfin signaler que la communauté de communes du Val de Sarthe possède un ensemble d'édifices couvrant mille ans d'art religieux. On regrettera que rien ne soit fait pour mettre cette richesse en avant et donner du sens à ce territoire. On ne saurait trop rappeler en ce début d'année 2015 la responsabilité des élus en matière d'appropriation de leur histoire et de leur territoire par les habitants. Cela fait déjà de nombreuses années que nous disons qu'il faut que les responsables politiques s'engagent dans la voie d'un programme patrimonial ayant sens.

Restauration des peintures murales à Souligné-Flacé (Sarthe)

Partager cet article

3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 12:56
Quelques photographies de la région de La Suze
Quelques photographies de la région de La Suze
Quelques photographies de la région de La Suze
Quelques photographies de la région de La Suze
Quelques photographies de la région de La Suze
Quelques photographies de la région de La Suze

Partager cet article

29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 13:14

Rappel de la législation en vigueur : L'utilisation des détecteurs de métaux est strictement interdite sur ces sites historiques. En cas de problème, prévenir la gendarmerie.

 

Code du Patrimoine,

Art. L. 542-1 - Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d'objets métalliques, à l'effet de recherches de monuments et d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art ou l'archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.

Page 1/9

6 et 7 avril 1768

Convention et raport sur la Mariette

S(ieu)r F(ran)çois Michel Le Boucq f(ermi)er g(énéra)l

René Huard sous fermier

F(ran)çois Salmon expert

 

  1. Aujourdhuy mercredy

  2. sixieme du mois d'avril mil

  3. sept cent soixante huit sur les

  4. neuf heures du matin

  5. Pardevant nous Claude Julien Baussan du Bignon

  6. notaire royal gardenotes et scel hered(itai)re du Roi au Maine

  7. pour la collocation de La Suze dem(euran)t ville de La Suze soussigné

  8. étant en notre etude

Ce notaire de La Suze est également connu pour avoir été membre de la Société d'Agriculture du Mans et pour avoir publié différents articles sur la mise en valeur des terres. Il a par exemple travaillé sur la réutilisation du tan, qui avait servi pour les tanneurs, dans le domaine agricole.

  1. Sont comparus le s(ieu)r François Michel Le Boucq bourgeois

  2. dem(euran)t en cette ville, lequel nous a dit qu'ayant pris de M.

  3. Chollet la ferme generale du prieuré de Notre Dame des Bois

  4. autrement dit la Mariette et desirant constater l'état

La chapelle de Notre-Dame des Bois est un très ancien lieu de culte qui remonte très loin au Moyen-âge lors de l'installation d'ermites dans cette région boisée de la Sarthe. La construction actuelle, du moins les murs nord et sud de la nef, est à placer au premier âge roman (10ème ou 11ème siècle) comme l'indique l'appareillage classique en petits moellons de roussard. On sait que dans le second quart du 11ème siècle, la chapelle fut donnée par Lon, seigneur de Roézé, aux religieux de La Couture. On y trouvait d'ailleurs une très intéressante statue médiévale en bois d'une Vierge à l'Enfant, restaurée il y a peu et mise fort heureusement à l'abri dans l'église de La Suze.

Une description du prieuré de Notre Dame des Bois à La Suze en 1768
Une description du prieuré de Notre Dame des Bois à La Suze en 1768
Une description du prieuré de Notre Dame des Bois à La Suze en 1768
Une description du prieuré de Notre Dame des Bois à La Suze en 1768
Une description du prieuré de Notre Dame des Bois à La Suze en 1768
  1. où se trouvent les choses relativement à la clause de son

  2. bail passé devant les notaires au Mans le neuf juillet dernier

  3. con(tro)lé au Mans le dix sept, par la quelle il est chargé d'user

  4. en bon père de famille sans y malverser, lequel bail

  5. commencera à S(ain)t Marc prochain, et ayant fait

  6. à René Huard aussi fermier dud(it) prieuré un sous bail

  7. à moitié de nous no(tai)re attesté le quinze janvier dernier con(tro)lé le

  8. dix sept pour la partie que led(it) Huard exploitoit ci devant au même

  9. titre de la d(emoisel)le v(euv)e Durand ; il était necessaire de constater par

  10. une visite et montrée l'état des terres et autres dependances de

 

Les visites et montrées sont des actes notariés particulièrement intéressants puisqu'ils dressent un état des lieux précis. On y trouve à la fois une description des bâtiments mais également celle des terres.

  1. lad(ite) ferme generale susceptibles de montrée, tant pour se

  2. mettre en regle vis à vis du s(ieu)r titulaire ou autres qu'il appartiendra

  3. qu'à l'égard des sous fermiers, led(it) s(ieu)r Le Boucq auroit proposé

  4. aud(it) Huard de convenir conjointement d'un expert qui

  5. feroit la visite et montrée generale sur les terres et prés et

  6. autres dependances dud(it) prieuré, ce que led(it) Huard a accepté

  7. sans prejudice aux clauses de son bail ; en conséquence de quoi

  8. les parties seroient

  9. convenues de la personne de François Salmon expert ord(inai)re

  10. demeurant au Mans paroisse de S(ain)t Gilles des Guerets pour

  11. faire la visite et montrée en question et servir tant aud(it) s(ieu)r titulaire

 

Page 2/9

  1. qu'aux fermiers ce que de raison, et être les frais supportés

  2. à proportion de ce que chacun en sera tenu, et sauf aud(it) s(ieu)r

  3. Le Boucq à faire agréër lad(ite) visite et montrée par led(it) s(ieu)r

  4. titulaire afin qu'elle puisse servir entre eux, laquelle servira

  5. neanmoins entre led(it) s(ieu)r Le Boucq et led(it) Huard, même entre

  6. les autres sous fermiers, sauf aud(it) Huard comme ancien fermier+

  7. Et en conséquence de lad(ite) convention led(it) François

  8. Salmon ayant été mandé et étant aussi comparu devant

  9. nous a declaré accepter la nomination faite de sa

  10. personne et être prêt de faire la visite et montée dont

  11. il s'agit à laquelle a promis et juré en son ame et conscience

  12. de se bien et fidelement comporter, et de faire un juste et

  13. fidele raport de l'état où se trouvent actuellement les

  14. choses, pourquoi il a presentement prêté devant les parties

  15. entre nos mains le serment au cas requis et que nous avons

  16. de lui pris et reçu en la maniere ordinaire, pour procéder

  17. par led(it) Salmon à lad(ite) visite et montrée incontinent après

  18. ces presentes et être son raport par nous reçu et rédigé en

  19. suite d'icelles et par même cayer

  20. Dont et du tout nous avons jugé les parties et expert

  21. de leur consentement après lecture, fait et passé aud(it)

  22. La Suze en l'etude lesd(its) jour et an sur le midi presents

  23. les sieurs François Courtillier et René

  24. Viau sergers demeurants en cette ville

Les sergers, ou également sargers, sont des personnes qui fabriquent les étoffes de laine.

  1. temoins à ce requis et appellés led(it) Huard a declaré ne savoir

  2. signer enquis suivant l'ordonnance, led(it) s(ieu)r Le Boucq et

  3. led(it) Salmon ont signé evec lesd(its) témoins et nous no(tai)re

  4. + a se deffendre des malversations qui pourroient le concerner

  5. tant par ses baux que par la montrée du cinq fevrier mil sept cent

  6. trente deux devant m(aîtr)e Hervé notre predecesseur, et autres

  7. titres,

  8. Rayé quatorze mots ou syllabes nuls

  9. Fr Le Boucq

  10. S Salmon René Viau F Courtillier

  11. Baussan

  12. Et ce jourdhui septieme dud(it) mois d'avril

 

Page 3/9

  1. aud(it) an mil sept cent soixante dix huit sur

  2. les sept heures du matin.

  3. Pardevant nous notaire royal gardenotes et scel hered(itai)re

  4. du Roy au Maine susd(it) et soussigné étant en notre etude.

  5. Est comparu led(it) François Salmon expert convenu par l'acte du jour

  6. d'hier, lequel en conséquence et au moyen du serment par lui prêté

  7. en presence des parties et qu'il a presentement reitéré nous a dit avoir

  8. fait la visite sur les batimens, terres et prés dud(it) lieu de la Mariette

  9. dont il nous afait en son ame et conscience son raport que nous

  10. avons redigé comme il suit

  11. Et premier vu et visité la chapelle de Notre Dame autrem(ent) la Mariette

  12. a observé que les vitrages ne sont qu'à panneaux de verre dont un

  13. carreau feslé et quelquesuns rapportés en plomb, sans aucune fermeture

  14. que la nef et le choeur ou sanctuaire sont pavés de petits

  15. carreaux de tuilerie de quatre

  16. pouces ou environ, partie hors leurs rangs, en concavité et en bourgeons

  17. et morceaux partie feslés tenans cependant en mortier, dont il

  18. manque un cent à fournir, et demi cent qui ne tiennent point

  19. en mortier.

Les vitraux actuels sont plus récents et le pavage de « petits carreaux de tuilerie » a lui aussi été remplacé. Le sol en 1768 était donc en mauvais état puisqu'on mentionne les trous (concavités) et en renflement (bourgeons).

  1. Au plafond du plancher il y a demi toise en recherche

  2. d'enduits defaillants manquant.

  3. Vû ensuite les batimens du fermier observé qu'aux portes il y a

  4. quatre serrures et trois clefs y compris celle du grenier, lesquelles

  5. portes sont garnies de leurs ferrures ordinaires,

Aujourd'hui, on trouve deux rangées de bâtiments de part et d'autre du chemin d'accès à la chapelle. Ce n'est que dans la seconde moitié du 19ème siècle que les bâtiments de la partie nord seront édifiés. Ce sont donc les bâtiments au sud du chemin qui sont décrits dans cette visite et montrée.

Cadastre 1810

Cadastre 1810

  1. A la fenestre de la maison du côté de la cour il y a un volet garni

  2. de ferrures, et deux grilles de fer à lad(ite) fenestre.

  3. A la cheminée il y a un gond de fer pour attacher la cremaillere.

  4. Le four menace ruisne par la voûte qui est un fait de propriétaire,

  5. il est pavé de grand carreau de tuilerie de huit pouces, dont

  6. cinq sont brisés et à replacer, et pour la moins value tant desd(its)

  7. cinq carreaux que du surplus arbitré vingt sols. Cy … 1#..=..=

 

La cheminée est le lieu de cuisson du repas. Lors des visites on donne souvent sa description avec l'état du foyer, la présence ou non d'un point d'attache pour la crémaillère ainsi que de l'état du four. On trouve encore aujourd'hui quelque fermette qui a gardé son four ; mais souvent il a disparu lors des rénovations. On voit dans ces actes que l'état du four, en particulier la voûte, est souvent de mauvaise qualité. L'arrivée des cuisinières puis des gazinières contribueront à sa disparition.

  1. Led(it) four est sans fermeture.

  2. A lad(ite) maison il y a trois toises en recherche d'enduit defaillant,

  3. y compris la cheminée.

  4. L'aire de la place n'est que de terre forte excepté au foyer qui est

  5. pavé de quelques pierres brutes mal arrangées ; pour repiqueter

  6. lad(ite) place et regarnir les concavités de terre solide, arbitré

  7. vingt sols. Cy --------- 1# .. = .. =

  8. _______________

  9. 2# .. = .. =

Le sol de la partie habitable est donc en terre battue parfois complété par l’ajout de pierres. Là aussi la surface est loin d'être plane.

Page 4/9

  1. Dans lad(ite) maison il se trouve un escallier à pan de bois

  2. de deux charpentes plates pour monter dans les greniers,

  3. celui qui est sur la maison n'est qu'à terre, il y faut faire valeur

  4. de demi toise de recharge de gros conroi.

Conroi : argile grasse.

  1. Pour aller dud(it) grenier dans celui qui est sur la nef de la chapelle

  2. il y a trois marches de planches, et pour descendre ensuite dans led(it)

  3. grenier sur la chapelle il n'y a qu'une marche de pierre sur le mur de

  4. lad(ite) chapelle, et au surplus il n'y a que quelques pierres brutes raportées

  5. et qui ne tiennent point en mortier, en sorte qu'il manque trois marches

  6. ce qui est un fait de propriétaire.

Aujourd'hui, la chapelle est indépendante du corps de bâtiment. Mais en 1768 cela n'était pas le cas ; cela se voit encore sur le cadastre de 1810.

  1. L'aire dud(it) grenier est pavée environ moitié de petits carreaux de tuilerie

  2. l'autre moitié de tuiles, briques, tuillots, et quelques blocs le tout

  3. irregulier, moitié de nulle valeur, autre partie defaillant, cassé

  4. ou brisé et partie qui ne tient point en mortier.

  5. A côté de lad(ite) maison est un autre corps de bâtiment en retour

  6. La chambre froide qui sert de sellier n'est garnie d'aucuns chantiers

  7. l'aire n'est que de terre commune.

  8. L'ecurie étant ensuite est sans rateliers ni mangeoires,

  9. a l'étable la porte est usée par vetusté il y a une place de serrure

  10. defaillante d'antiquité, et une barre de traverse par le haut qui

  11. manque par vetusté.

  12. Les planchers de sur l'ecurie et l'étable sont de torchis

  13. les trois quarts defaillants et le surplus de nulle valeur, attendu qu'il

  14. manque un soliveau et que plusieurs autres sont cassés.

  15. A l'entrée de la grange il y a une barriere de planches à

  16. clairevoie, sans aucunes ferrures pour la tenir fermée.

  17. Aux deux toits a porcs les deux portes sont garnies de chacun

  18. un verouil et boucles de fer, il s'y trouve une auge à porcs,

  19. lesd(its) toits sont sans sinas ou plancher.

  20. Dans lad(ite) grange et étable il se trouve du foin suffisamment

  21. pour faire les premiers guerets de la premiere cotaison et environ

  22. un quart de charetée de paille.

  23. Pour regarnir les concavités de lad(ite) chambre froide, ecurie, étable

  24. grange et toits à porcs il faut deux journées à raison de dix sols

  25. chaque.

  26. La cour est sans aucune cloture, il s'y trouve des

  27. concavités de temps immemorial qui sont utiles pour les engrais

  28. Les deux jardins contiennent demi journal ou environ

  29. sans aucune herbe potagere ni choux jeunes, seulement quelques

 

Page 5/9

  1. pieds de choux d'un an échappés à la gelée,

  2. pour la diminution des haies qui en dependent

  3. clore les breches et entrées arbitré quatre journées à dix sols

  4. chaque. Cy - - - - - - 4. j(ourn)ées

  5. Dans un desd(its) jardins est le puits auquel il n'y a qu'un pied

  6. et demi de mur au dessus du rez de chaussée, partie defectueux

  7. sans autre encheintrure que deux pieux de bois rond piqués

  8. en terre, un rouet sans ferrure, sans corde ni chaîne.

L'encheintrure est l'agencement de charpente qui permet de fixer le système d’entraînement de la corde et du seau dans un puits.

Certaines des parcelles dont il est question dans l'acte notarié de 1768.

Certaines des parcelles dont il est question dans l'acte notarié de 1768.

  1. Vû ensuite le verger contenant un journal et demi ou environ

  2. dont un quart un vieu frische, le surplus en repos et gueret

  3. dans lequel il y a un millier de choux plantés de l'hyver dernier.

  4. Pour la diminution des haies qui en dependent taxé

  5. trois journées, le bois taillable agé de cinq et six ans compensé

  6. pour le surplus. Cy - - - - - - - 3. j(ourn)ées

  7. Item une piece de terre nommée les Mauboussins contenant

  8. deux journaux un quart ou à peu près, en frische de deux ans

  9. le bois taillable agé de sept ans compensé pour les reparations

  10. des haies, arbitré seulement deux journées pour reparer

  11. les breches. Cy - - - - - - - - 2. j(ourn)ées

  12. Item une piece de terre nommée le Champ Poury contenant

  13. un journal et demi ou environ lequel est

  14. ensemencé de seigle en gueret, pour la diminution des haies

  15. qui en dependent arbitré une journée, le bois taillable agé de

  16. cinq ans compensé pour le surplus de la reparation des haies.

  17. Cy - - - - - - - - - - - 1. j(ourn)ées

  18. Item une autre piece de terre nommée le champ du milieu

  19. contenant sept quarts de journal ou environ ensemencé de bled

  20. seigle en retour, pour la diminution des haies qui en dependent

  21. et reparer les breches et entrées, arbitré deux journées, le bois

  22. taillable agé de quatre ans compensé au surplus. Cy 2. j(our)nées

  23. Item une piece de terre nommée la Perriere contenant

  24. trois journaux ou environ en frische d'un an, pour la diminution

  25. des haies qui en dependent arbitré quatre journées, le bois taillable

  26. agé de deux et trois ans suffit au surplus. Cy - - - 4. j(ourn)ées

  27. Item une pièce de terre nommée de champ de l'aire contenant

  28. deux journaux ou environ en frische d'un an, dans lequel

  29. est l'aire pour battre le bled, pour la cloture sur la cour et autres

 

Page 6/9

  1. breches taxé trois journées, cy - - - - 3. j(ourn)ées

  2. Le bois taillable est en sa coupe excepté huit truisses

  3. dont le bois a été coupé d'un an

  4. pourquoi arbitré trois livres quatre sols à raison de huit sols

  5. chaque, cy - - - - - - - - - 3#..4s..=..

 

Les « truisses » sont plus connues sous le nom de « térouesses ». Ce sont de grosses souches d'arbres plusieurs fois émondées.

  1. Item une piece de terre nommée le champ de la Marre

  2. contenant deux journaux ou environ ensemencé de bled seigle

  3. en retour, au bas duquel il y a un mortier négligé de temps

  4. immemorial d'avoir été curé n'y ayant point

  5. moyen d'en faire écouler l'eau, et qui est à présent à sec,

  6. par la longue secheresse, pour la diminution des haies et fossés

  7. arbitré trois journées, le bois taillable agé de sept ans et deux ans

  8. cy - - - - - - - - 3. j(ourn)ées

Les mortiers sont des trous d'eau dans les champs.

  1. Item une pièce de terre nommée le champ des Bourgeons

  2. contenant deux journaux en frische de deux ans duquel il ne

  3. depend aucune haie, taxé une journée pour reparer l'entrée

  4. cy - - - - - - - - 1. j(ourn)ée

  5. Item une pièce de terre nommée le Grand Aubépin contenant

  6. deux journaux ou environ ensemencé de bled seigle en gueret

  7. pour la diminution des haies et reparer les fossés arbitré trois

  8. journées. Cy - - - - - - - - - 3. j(ourn)ées

  9. Item une autre pièce de terre nommée le Petit Aubépin

  10. contenant trois quarts de journal ou environ en frische de deux

  11. ans,pour la diminution des haies qui en dependent, clorre

  12. les breches et entrées, arbitrées deux journées, le bois taillable

  13. agé de cinq ans compensé au surplus. Cy - - - - - - 2. j(our)nées

  14. Item une autre piece de terre aussi nommée l'Aubepin

  15. contenant un journal et demi ou environ autrefois

  16. en mauvaise vigne abandonnée par tous les voisins, et actuellement

  17. en terre labourable semée en bled seigle en retour, le bois

  18. taillable pris et les haies reparées de l'hyver dernier.

  19. Item un pré contenant quatre hommées de faucheur dans lequel

  20. il y a un mortier outre celui du champ de la Marre qui est en partie

  21. dans led(it) pré et dont il a été parlé ci dessus, le quart dud(it) pré aux

  22. environs du grand mortier qui n'a été curé depuis plus de cent ans

  23. est peuplé de bruyere par vice de fond, et led(it) mortier est rempli

  24. de mauvais broussil ; led(it) pré ne produit au surplus que très peu

 

Page 7/9

  1. d'herbe, pour la diminution des haies qui en dependent

  2. qui sont partie plates et mutuelles faibles de plan, et pour le mettre

  3. en état de cloture, pour parachever de curer les rigoles pour y

  4. faire venir les eaux, pour arracher les epines et autres mauvais

  5. plans superflus outre les cheintres et les deux mortiers qui sont

  6. de temps immemorial, clorre l'entrée, arbitré pour le tout

  7. quatre journées, le bois taillable d'un, trois, quatre, six

  8. et sept ans.

Les « cheintres » sont les espaces non cultivés, souvent en bordure des champs.

  1. Il se trouve des cheintres en coin et coude et en longueur

  2. par endroits au contour des dites pieces de terre et pré qui sont

  3. de temps immemorial. Il se trouve des branches coupées et

  4. rompues par les vents à plusieurs arbres fruitiers, les quelles

  5. branches étoient trop basses et nuisibles celles qui ont été

  6. coupées l'ont été par necessité et sans faire tort au tronc,

  7. partie des d(its) arbres étant demi morts, par vice de fond.

  8. Il se trouve peu de sauvageons vifs ou jeunes entures

  9. plantées depuis dix ans, quoiqu'il paroisse qu'il en a été

  10. planté plusieurs qui sont peris par la secheresse et le froid et

  11. autres vimaires des temps et par vice de fond.

  12. Il s'est trouvé six clotures de claies et clans à bois rond

  13. et six echaliers à bois rond le tout de peu de valeur, partie des

  14. haies des terres et pré sont denuées de plan vif, et partie n'est

  15. close qu'à terre relevée.

  16. Toutes les dites terres cidessus faisant la composition

  17. dud(it) lieu de la Mariette tel que led(it) Huard l'a pris dud(it) s(ieu)r

  18. Le Boucq et tel qu'il le tenoit de lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Durand, et

  19. lesquelles arbitrations reviennent à cinq livres quatre sols

  20. en argent, et à trente quatre journées à dix sols

  21. chaque, ce qui vaut dix sept livres et compose

  22. en tout la somme de vingt deux livres quatre sols

  23. cy - - - - - - - - 22#..4s..=

  24. Vu et visité ensuite six pieces de terre contenant ensemble

  25. douze journaux et demi ou environ nommées la Mairie

  26. dont cinq en un tenant et la sixieme vis à vis, le chemin

  27. de La Suze à Parigné entre deux, joignant le pré et terre

  28. de la Barre, et les terres du lieu de la Passonniere

 

Page 8/9

  1. observé que les haies qui les enclosent sont reparées partie

  2. depuis dix ans et autre partie qui est la moindre depuis

  3. deux ans, pour la diminution desdites haies et clorre les breches

  4. arbitré douze journées, le bois taillable agé de cinq et huit ans

  5. étant suffisant pour dedommager du surplus des fossés

  6. qui n'ont été reparés. Lesd(ites) haies sont très peu garnies de plan

  7. par vice de fond qui n'est que sable, et qui ne se reparent qu'à

  8. terre relevée, dans l'une desquelles pieces passe le chemin

  9. de La Suze à Parigné.

  10. Quant aux fossés du dedans desd(ites) cinq pieces de terre,

  11. ils sont délaissés de temps immemorial, et n'ont point été

  12. reparés depuis plus de cent ans, n'y ayant aucune apparence

  13. de fossés en plusieurs endroits.

  14. Toutes lesdites pieces de terre sont en frische et s'exploitent

  15. comme terres détachées étant trop éloignées dud(it) lieu de

  16. la Mariette.

  17. Item un pré contenant environ demie hommée partie en

  18. broussil et partie en marais de temps immemorial et dont

  19. les hayes et sangsues ont été negligées aussi de temps

  20. immemorial.

Les « sangsues » sont de petits fossés de drainage.

  1. Lesquelles terres et prés sont exploités par Louis Pommier

  2. laboureur à la metairie de la Barre qui les tient comme

  3. terres detachées, et dans lesquelles il n'y a aucuns engrais

  4. ni fourrages, pourquoi il n'est point tenu d'en laisser.

  5. Lecture faite aud(it) Salmon de sond(it) rapport il y a

  6. persisté sans y vouloir rien changer étant le tout fait

  7. en son ame et conscience suivant sa connoissance et

  8. expertise et a requis taxe que lui avons faite de huit livres

  9. pour deux journées de vacation à quatre livres par jour y compris son

  10. transport et retour de cheval, laquelle so(mm)e lui a été payée par led(it) s(ieu)r Le Boucq.

  11. Dont et de tout ce que dessus nous avons redigé ledit

  12. raport et jugé led(it) expert ensemble les autres

  13. parties et led(it) Louis Pommier à ce présent et intervenu

 

Page 9/9

  1. dem(euran)t en cette paroisse, de leur consentement

  2. et a leur requisition après lecture

  3. Fait et passé aud(it) La Suze en l'etude lesd(its) jour

  4. et an sur le midy present René Viau et Pierre

  5. Pommier sergers demeurants en cette ville

  6. temoins à ce requis et appellés, et ont signé avec

  7. nous no(tai)re fors led(it) Huard qui a declaré ne savoir

  8. signer enquis suivant l'ordonnance

  9. gloses ensemencé, cy. 1. j(ourn)ée

  10. Approuvé les mots compris, tant, de,

  11. journées, present, champ,

  12. comme bons quoique surchargés.

  13. Rayé vingt huit mots ou syllabes nuls, plus deux

  14. autres mots aussi nuls

  15. [signatures] Fr. Le Boucq

  16. Louis Pommier

  17. F Salmon René Viau Pierre Pommier

Partager cet article

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:43

L'association Café-Mémoire de Fercé a présenté au public entre les 8 et 16 novembre 2014 une exposition sur la Première Guerre Mondiale.

Exposition à Fercé
Exposition à Fercé
Exposition à Fercé

Partager cet article