Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 14:20

Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 10 km

 

Départ : Église de Louplande

Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 

Commune de Louplande

- Bourg : Autrefois nommé « bourg de Saint-Léonard, c’est aujourd’hui le centre du bourg de Louplande ; mais ce n’était auparavant qu’une chapelle annexe de l’église de Louplande installée au Vieux-Bourg. La chapelle dépendait du chapitre royal de Saint Pierre la Cour qui avait dans le bourg de Saint Léonard un fief dont le manoir était la maison Saint Pierre. En 1795, la chapelle est en très mauvais état : grand autel dévasté, vitres des fenêtres brisées, sol de la nef dépavé, toiture abîmée, etc.

Saint-Léonard est un saint du VIème siècle qui vivait en ermite dans ce qui correspond aujourd’hui au nord Sarthe. Dans son lieu de prière, il avait fondé un oratoire dédié à Saint-Pierre. Il est difficile de faire le lien entre le Saint-Léonard des Bois et le Saint-Léonard de Louplande.

Le hameau de Saint-Léonard s’est développé au croisement d’axes anciens, l’un venant d’Etival et se poursuivant vers Chemiré, et l’autre venant des Randonnays (Voivres Lès Le Mans) et allant sur Souligné.

 

- Vieux Bourg : C’était le cœur de la seigneurie de Louplande. Il existe encore les restes d’une motte castrale. En 1218, Guillaume des Roches, sénéchal d’Anjou, fait la donation de Louplande à sa fille Clémence des Roches. Un document de 1265/1266 cite le manoir de Louplande. Lors de la Révolution, les habitants manifestèrent leur opposition à propos du déplacement des cloches vers Saint-Léonard.

En 1354, la châtellenie de Louplande est vendue par Bernard VI au cardinal Pierre de la Forêt. En 1417, le lieu est occupé par les Anglais. Louplande est une très ancienne seigneurie dont l’histoire est très proche de la seigneurie de La Suze avec des seigneurs communs.

 

- Villaines : Le nom est cité pour la première fois au XIIIème siècle où on évoque une seigneurie avec bois et étang. Le château actuel, datant du XVIIème siècle, repose sur des fondations médiévales.

A la fin du XVIIIème siècle, la terre de Villaines passe aux mains de la famille d’Aux qui fait ériger la terre en marquisat. C’est à ce moment que Villaines prend le nom d’Aux. En 1836, la terre d’Aux est à vendre. Elle est composée de plus de 200 hectares de terres labourables, d’une cinquantaine d’hectares de prés, de presque 80 hectares de bois et d’un peu plus de deux hectares de vignes le tout sur une dizaine de lieux différents.

Pour les visites, voir https://chateaudevillaines.fr/index.html

Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 

Commune de Souligné-Flacé

- Maquillé : Des indices montrent qu’il y avait sans doute une motte castrale ; la terre appartenait au XIIIème siècle à une famille du Bois et auquel, par mariage, fut adjoint le nom de Maquillé. Puis la terre passe ensuite aux mains des de Couterne et plus tard aux de Montesson. Le château actuel est du XVIIème siècle et a été restauré au XIXème siècle.

.

- Église : L’église Saint-Rigomer de Souligné-Flacé remonte à la seconde moitié du Xème siècle ; le mur nord de la nef avec son appareillage régulier de petits moellons de calcaire et de roussard en est un élément caractéristique. L’intérieur de l’église possède plusieurs curiosités : l’ancien portail roman visible au niveau du clocher, des peintures murales du XVème siècle heureusement restaurées il y a peu, retable du XVIIIème siècle, etc.

Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Val de Sarthe Express - Étape 5 Louplande – Souligné-Flacé 
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 11:21

Étape 4 Voivres Lès Le Mans – Louplande 9 km

Départ : Église de Voivres Lès Le Mans

Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande

A voir sur le parcours :

 

Commune de Voivres Lès Le Mans

- Bourg : Les Actes des Evêques du Mans et la Gesta Aldrici citent le lieu Vodebris au IXème siècle. Certains y voient la plus ancienne mention de Voivres ; pour d’autres ce « Vodebris » désignerait « Vouvray ». Hugues Ier, comte du Maine, confirme les dons et franchises accordés par son père (entre 991 et 997) à la collégiale Saint Pierre la Cour au Mans. On cite en particulier la dîme de Voivres. A cette époque, plusieurs paroisses ou terres de la Sarthe sont données à Saint Pierre la Cour par les comtes du Maine qui enrichissent ainsi la chapelle comtale (Marigné-Laillé, Sainte Sabine sur Longève, etc.). En 1014, Hugues Ier fait don à l’abbaye du Mont Saint Michel de la terre de Vedobris. La liste des vassaux des seigneurs de La Suze cite au XIIème siècle Mattheus de Voureux (cette orthographe est une mauvaise copie qui désigne le mot Voivres : Vovreiis). Vers 1135, un accord entre les moines de l’abbaye de la Couture et les chanoines de Saint Pierre la Cour parle de deux paroisses nouvellement érigées. On y trouve Voivres ; l’autre paroisse était Louplande. Cette charte précise que les chanoines tiennent une partie de la terre de Voivres par don du comte Hugues.Voivres parait n’être qu’une variante de Vouvray. Le point intéressant est la topographie des lieux : Voivres, Vouvray sur Huisne et Vouvray sur le Loir (trois communes de la Sarthe) sont tous les trois installés sur une pente abrupte dominant une vallée. On peut donc penser que le nom de Voivres ou Vouvray désigne une situation topographique d’un lieu caractérisé par une installation sur une pente dominant un cours d’eau.

 

- La Renardière : La maison de la Renardière est un ancien manoir du XVème siècle. Par contre nous n’en connaissons pas l’origine, mais ce pourrait être la persistance du domaine médiéval cité dans les documents plus ancien.

 

- Le Tertre : La route longe le rebord du plateau de Louplande et la vallée de l’Orne Champenoise en contrebas, vallée qui fut jusqu’à il y a environ 12 000 ans le lit de la Sarthe. Cette position dominante a été repérée par les hommes de Néandertal qui s’y sont installés. Il est possible que le lieu ait été fortifié à l’époque médiévale.

 

- La Perrière : Longtemps oublié, le manoir de la Perrière à Voivres a été redécouvert il y a quelques années. Adossé au plateau de Louplande, il domine la vallée de la Sarthe et la route reliant Le Mans à La Suze.

Nous sommes en présence d’un rare vestige d’habitat seigneurial du 13ème siècle. La puissance n’apparaît plus dans l’importance d’une fortification mais par une construction, certes toujours imposante, où apparaissent de nouveaux éléments tel que les décors. Le bâtiment de la Perrière pourrait être une forme primitive des manoirs qui vont se répandre après la guerre de Cent Ans.

Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande

Commune de Louplande

- L’Ermitage : Au XVIème siècle, le lieu dépendait du prieuré de Château L’Hermitage. Au moment de la Révolution, la métairie est vendue comme bien national. Le nom désigne donc le lieu qui dépendait des religieux du prieuré de Château L’Hermitage.

 

- Aérodrome américain : L’armée de Patton traverse Louplande le 7 août 1944 au soir. Le 15 août, des géomètres américains explorent l’est de la commune. Le 16 août, des soldats américains du IX Engineer Command se présentent et aident les agriculteurs de la zone concernée à ramasser leurs récoltes. C’est à ce moment que la population apprend la nouvelle de l’implantation d’un aérodrome. Le 17 août, quatre bulldozers commencent les travaux de terrassement. L’efficacité des engins américains a provoqué un choc dans le monde agricole de l’époque très peu mécanisé.

La piste est axée nord/sud. Elle est réalisée avec quatre ou cinq épaisseurs de toile goudronnée couverte de grillage aux extrémités. Les 7 aérodromes de la Sarthe ont occupé environ 900 hectares de terres agricoles.

L’aérodrome A-36 a abrité le 406th Fighter Group regroupant les 512ème, 513ème et 514ème escadrilles. La 4 septembre, le 406th F.G. s’installe sur l’ALG A-36 à Louplande. Les missions sont de deux types : d’abord soutenir l’avancée de la 79ème Division d’Infanterie U.S. et de la 2ème D.B. française. L’autre tache est de participer aux opérations de réduction de la poche de Brest. Certaines missions allaient aussi jusque dans les Vosges pour aider la 7ème Armée U.S. qui remontait depuis le Sud de la France.

Après le démantèlement de l’aérodrome, les réquisitions des terres sont levées, propriétaires et locataires obtiennent des indemnités pour dommages de guerre.

Une étude de la DDE réalisée en 1975 envisage l’installation d’un aérodrome pour « court-courriers et charters européens » sur la même zone que l’aérodrome A-36. Un plan très précis, fait sur un fond de carte IGN au 1/25000ème, nous en donne son implantation. Il est axé est-ouest sur les communes de Louplande et Voivres. Une piste de 2650 mètres sur 45 de large est prévue. Le 8 mai 1978, Joël Le Theule, Ministre de Transports, revient sur le projet. Ses propos sont clairs : « Il est exclu qu’un aérodrome soit installé entre Voivres et Louplande. La seule possibilité à laquelle le Préfet de la Sarthe et moi-même sommes attachés, est l’éventuel agrandissement de la piste du Mans. Faire autre chose serait de la folie ».

 

- Église : L'église originelle de Louplande était installée à environ un km au sud-ouest du bourg actuel dans un lieu-dit nommé justement "Le Vieux Bourg". Par contre, une chapelle dite de Saint-Léonard s'est développée sur le chemin menant vers Sablé. C'est aujourd'hui le bourg de Louplande avec son église rebâtie à la fin du 19ème siècle.

A noter à gauche du portail un graffiti réalisé lors de la Première Guerre Mondiale par un soldat américain.

Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Cliché H. Brier

Cliché H. Brier

Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Val de Sarthe Express - Étape 4 Voivres Lès Le Mans - Louplande
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2021 6 11 /12 /décembre /2021 15:29

Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans 4 km

Départ : Église d’Etival Lès Le Mans

Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans

A voir sur le parcours :

 

Commune d’Etival Lès Le Mans

- Église : La présence humaine sur le commune est attestée dès l'époque préhistorique. Quant à la forme la plus ancienne du nom « Etival », elle remonte à la fin du VIème siècle ou au début du VIIème siècle dans les Actus Pontificum sous les noms de « Stivale », « Aestivale » qui dérivent très probablement du mot latin « aestivus » signifiant « été ». On peut alors l’interpréter comme le lieu d'une résidence d'été dépendant de l'évêché mérovingien.

Plusieurs indices archéologiques attestent d'une occupation gallo-romaine sur la commune. Mais c'est à l'évêque Bertrand (v. 540-623) que l'on doit les premières mentions d'Etival puisqu'il y développa un monastère après les frasques de son prédécesseur Badégésile. On peut d'ailleurs sans doute voir dans la dédicace de l'église d'Etivale à Notre-Dame la marque des premiers évêques du Mans puisque c'est à Marie que la cathédrale était dédiée pendant ces premiers temps médiévaux.

Pour ce qui est de ce monastère mérovingien, il ne faut pas imaginer une structure importante, mais plutôt un ensemble de cellules monastiques (« cellae ») installées autour de la première église. Et entre cette église primitive et l'Orne, un petit village se développe. C'est ce que laisse entrevoir l'étude cadastrale. Plus tard au Moyen-âge, l'église d'Etival passera aux mains des religieux du Mont Saint Michel.

Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans

Commune de Louplande

- Chenin : Le lieu est au sud-est de la commune, en limite avec Voivres. C’est un lieu habité depuis très longtemps puisqu’on a trouvé à proximité quelques indices d’une présence gallo-romaine. Pour certains, il faudrait plutôt voir « Chemin » que « Chenin » en s’appuyant sur le cartulaire de Château-du-Loir dans lequel on trouve au tout début du XIIIème siècle l’expression « Monte Camino ». Ce document relate les obligations du seigneur de Voivres par rapport à celui de Louplande. Il faut reconnaître que le mot « chemin » correspond bien à ce qui est sur le terrain puisque le lieu est sur un très ancien cheminement qui vient des Randonnays et qui se poursuit vers l’Est de Louplande. C’est là un exemple intéressant sur la déformation d’un toponyme.

Au moment de la Révolution, la métairie de Chenin, appartenant à la Mission, est vendue comme bien national.

Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans

Commune de Voivres Lès Le Mans

- Gare: La gare de Voivres a été acquise par la commune et mise en valeur par des travaux de rénovation.

Le 28 mai 1854, le train en provenance de Paris arrive en gare du Mans. Dès lors, les projets d’extension du réseau vers la région nantaise vont commencer à apparaître. Un décret impérial de Napoléon III du 16 juin 1855 établit une convention sur la création d’une ligne de chemin de fer du Mans à Angers.

Dès 1856, les affiches d’enquête annoncent les projets de la ligne de chemin de fer Le Mans-Angers. En 1860, le tracé définitif est adopté. Il prévoit pour la commune de Voivres une expropriation totale représentant un peu plus de 9 ha.

Le 21 mars 1863, le Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics informe le Préfet de la Sarthe : «  … par décision en date de ce jour, j’ai autorisé la Compagnie des Chemins de Fer de l’Ouest à livrer immédiatement à l’exploitation la partie de la ligne du Mans à Angers comprise entre Le Mans et Sablé. » Les trains passent alors à Voivres.

Il reste bien sûr aujourd’hui plusieurs éléments de cette époque visibles dans le paysage : la ligne de chemin de fer, la gare, le pont de 4 mètres, le quartier entre la gare et la Fontaine ainsi qu’une ballastière entre le Gué de Chalambert et le carrefour des Tamaris.

 

- Four à chanvre : Ce four était auparavant sur la commune de Roézé en contrebas du château de Saint-Fraimbault. Abandonné, il a été démonté il y a quelques années et reconstruit à l’entrée du bourg de Voivres. Il est le témoin de la culture du chanvre aux XIXème et XXème siècles.

Juste devant, on pourra voir un rouleau à dépiquer utilisé dans les fermes sur l’aire pour le battage du blé. On posait les gerbes sur l’aire ; puis le rouleau, tracté par un cheval, venait glisser sur le blé. Le frottement permettait d’extraire les grains de blé des épis. Il fallait ensuite vanner pour séparer le grain des poussières.

 

- Eglise : La mention la plus ancienne concernant l’église (ecclesia de Voevrio) remonte à 1134-1135 dans un cartulaire de Saint Pierre de la Cour. Il semble que ce terme désigne une unité administrative religieuse plutôt que le bâtiment lui-même. Mais s’il y avait des croyants, un lieu de culte devait aussi exister. On retrouve ce terme de « ecclesia » dans des documents des 14ème, 15ème et 16ème siècles.

La nef remonte pour ses parties les plus anciennes à la charnière des Xème et XIème siècles. Les chapelles latérales ont été construites plus tardivement que la nef à une époque où la population s’accroît. La chapelle nord, dite de Saint Pierre, est une transformation de la base du clocher. La chapelle latérale sud, dite de Notre Dame de la Pitié, date du début du XVIIIème siècle ; le registre paroissial en date du 25 septembre 1716 dit « J’ai placé (c'est-à-dire le curé Girard) la première pierre de l’arcade de la chapelle du côté droit en entrant dans l’église de Voivres, que M. le marquis de Vilennes, seigneur de ladite paroisse, a fait faire à ses propres frais ».

Le chevet est également plus tardif que la nef mais on ne peut pas proposer de date de construction. On remarque nettement qu’il n’est pas dans le même axe que la nef et qu’il est légèrement décalé vers le sud-est. Le maître autel date de 1787 ; on sait cependant que la première pierre fut posée le 27 décembre 1786.

Le clocher, tour carrée haute de onze mètres, n’était sans doute pas accolée à l’église à l’origine. Ces tours-clochers remontent souvent au Moyen Age mais on constate qu’elles sont postérieures à l’édification de l’église.

La sacristie aurait été bâtie en 1682 comme l’indique Bichette qui a vu une pierre sur laquelle est écrite « maître Jacques Provost, prêtre curé, 1682 ».

Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Val de Sarthe Express - Étape 3 Etival Lès Le Mans – Voivres Lès Le Mans
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 06:53

Julien LEROY

 

Julien Henry Leroy est né le 3 août 1850 à Mézeray de Pierre Leroy, voiturier au bourg, et de Julie Hervé. Enrôlé dans le 20ème Régiment d’Infanterie le 20 octobre 1870, ce cultivateur décède à l’hôpital civil de Bourg en Bresse dans l’Ain de fièvre typhoïde le 28 février 1871 où il était entré le 24 janvier 1871.

Guerre de 1870 morts du Val de Sarthe : Julien Leroy
Partager cet article
Repost0
26 novembre 2021 5 26 /11 /novembre /2021 07:06

Départ : Église de Spay

Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km

A voir sur le parcours :

 

Commune de Spay

- Église : L’église de Spay est typique des églises romanes de la charnière Xème/XIème s. en Sarthe. A l’intérieur on pourra voir les traces du portail roman sous le clocher, plusieurs statues allant du XVème au XVIIIème s., le retable du XVIIIème s., le banc seigneurial des seigneur de Jalesnes, etc.

 

- Poste : Ce bâtiment des années 1910 correspond parfaitement au style architectural administratif de cette époque de l’architecte Maurice Levesque.

 

- Moulin : Les moulins de Spay sont connus au moins dès le XVème siècle. Ils relevaient de la seigneurie de Cré sise en la paroisse. Puis ils passent ensuite entre les mains des seigneur du Grochenay à Fillé. Il est victime d’un très grave incendie en 1959 ; on le réaménage alors complétement en y installant des génératrices modernes.

 

- Spaycific zoo : Le parc animalier a été créé en 1989 sous l’appellation « Jardin des oiseaux ». Depuis, il s’est bien étendu et propose de nombreuses animations.

 

- Les Bizerais : Les mentions les plus anciennes concernant ce fief remontent au XVème siècle lorsque la famille Bellanger, alors détentrice du Grochenay à Fillé, acquiert la terre des Bizerais. Du site médiéval, il ne reste rien. Le château actuel a été construit la fin du XVIIIème siècle ou au début du XIXème siècle à plusieurs centaines de mètres.

Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km

Commune d’Etival Lès Le Mans

- Bois des Teillais : Il ne reste presque rien de cette partie de la forêt du Mans, à part les quelques bois qui restent à proximité immédiate de la zone d’activités des Randonnays et le toponyme du lieu-dit la « Forêt ». Nous sommes dans cette partie d'Etival qui dépendait du domaine des Randonnays et qui appartenait aux comtes du Maine. Le nom « Forêt » désigne un espace juridique appartenant à un seigneur et géré par des vassaux pour l'exploitation des arbres, la gestion des terres qui en relèvent, etc. ; il s'agit souvent d'une organisation qui remonte à l'époque carolingienne. Au début du XVIIIème siècle, les Teillais occupaient encore une cinquantaine d’hectares.

 

- Thoré : D’un point de vue toponymique, on pourrait être en présence d'un des lieux les plus anciens sur la commune d'Etival sauf que le lieu n'existe pas sur le cadastre de 1809 ! Il pourrait également y avoir un lien avec André Thoré qui, sur les listes nominatives de recensement de population de 1841 et 1846, est dit propriétaire demeurant à la Rivière. Ce M. Thoré est aussi cité en 1835 à propos du concours de bestiaux de l'arrondissement du Mans où un taureau lui appartenant a remporté le premier prix dans sa catégorie.

 

- La Rivière : C’est une petite demeure caractéristique de la fin du XVIIIème siècle et du début du XIXème siècle. Le lieu semble tenir son nom de sa proximité avec l'Orne Champenoise. Vers les années 1830/1850, la Rivière est habitée par M. Thoré.

 

- Église : C'est à l'évêque Bertrand (v. 540-623) que l'on doit les premières mentions d'Etival puisqu'il y développa un monastère après les frasques de son prédécesseur Badégésile. On peut d'ailleurs sans doute voir dans la dédicace de l'église d'Etivale à Notre-Dame la marque des premiers évêques du Mans puisque c'est à Marie que la cathédrale était dédiée pendant ces premiers temps médiévaux. L’église d’Etival est construite sur un plan différent des autres églises rurales de la Sarthe puisqu’elle possède dès l’époque romane une nef avec bas-côtés.

A voir à l’extérieur : les modillons réemployés dans le mur Est du chevet du XIIIème siècle., le portail roman (modifié sans doute au XIIIème siècle) qui permet d’entrer dans le bas-côté sud, les tuiles vernissées de faîtage au sommet de la toiture ;

A voir à l’intérieur : la nef romane séparée des bas-côtés par de gros piliers rectangulaires romans, le portail ouest décentré, une Vierge de Pitié du XVIème siècle en terre cuite, plusieurs terres cuites des XVIIème et XVIIIème siècles, etc.

Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Val de Sarthe Express - Étape 2 Spay – Etival Lès Le Mans 11 km
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 07:52
Mercredi 24 novembre 2021, à 14h00 : Philippe GONDARD, "L'activité textile en Sarthe aux XVIIe et XVIIIe siècles" (1/2).
 
Elles se dérouleront, comme les années passées, à l'adresse suivante :
Le Mans Université
UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines
Bâtiment Enseignement
Salle E309
 
Une rampe d'accès pour handicapés et un ascenseur sont situés sur la façade nord de l'immeuble.
Règles sanitaires obligatoires : port du masque à l'intérieur et présentation du Pass Sanitaire à l'entrée de la salle. Aucune dérogation ne sera accordée.
Tarif : 5€ (gratuit pour les adhérents de l'association et les étudiants)
Conférence 24 novembre 2021
Conférence 24 novembre 2021
Conférence 24 novembre 2021
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 08:07

Étape 1 Fillé – Spay 6 km

 

Départ : site de MoulinSart à Fillé.

Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay

A voir sur le parcours :

 

Commune de Fillé

- Le site de Moulinsart : Moulin, activités artistiques, bords de Sarthe, canal (https://ile-moulinsart.fr/)

 

- Église : Il reste quelques petits indices romans sur la façade ouest. Des travaux ont été entrepris au XVIIIème siècle. Mais c’est surtout l’incendie d’août 1944 au moment de la Libération qui amené les plus importants travaux de reconstruction. Si l’église est ouverte, il faut regarder la statue de la Vierge à l’enfant, datée de la première moitié du XVIIème siècle et pouvant être l’œuvre de Charles Hoyau.

 

- École des filles (actuelle bibliothèque au 1, rue des Gesleries) : Les travaux ont débuté en 1913 mais ont été stoppés avec le déclenchement de la Première Guerre Mondiale. L’école n’ouvrira qu’en 1923. Ce bâtiment correspond parfaitement au style architectural administratif de cette époque de l’architecte Maurice Levesque.

- Pont sur la Sarthe : Il a été construit par l’ingénieur Louis Harel de la Noë et mis en service en 1897 afin que le tramway reliant Le Mans à Mayet et à La Flèche puisse franchir la Sarthe. Il permettait également le passage aux autres véhicules.

Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay

Commune de Guécélard 

- Allée de Fillé : Cette partie est le prolongement de l’allée du château du Grochenay qui relie le dit château au bourg de Fillé. Dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, on la prolonge de l’autre côté de la rivière pour atteindre la nouvelle route royale n°23 (actuelle RD323 reliant Le Mans à Angers).

 

- Chemin aux Bœufs : C’est l’ancien tracé qui reliait le Mans à Angers avant la création de la route royale. Ce chemin médiéval reprend sans doute le tracé antique gaulois, puis romain, qui reliait Vindunum (Le mans) à Juliomagus (Angers).

Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay

Commune de Spay

- Canal : La construction des canaux au sud du Mans se fait lors du XIXème siècle ; ils permettent de contourner les barrages des moulins. Les travaux du canal de Spay commencent en 1838 ; le premier bateau à l’emprunter est celui de Joseph Hubert de Morannes en juillet 1841.

 

- Pont sur la Sarthe : Le pont de Spay a été édifié à cet endroit, après diverses tergiversions, entre 1886 et 1890. Les travaux sont confiés à l’entreprise Fonteix du Mans et les pièces métalliques viennent des ateliers Baudet, Donon et Cie à Paris.

 

- Poste : On retrouve ici un autre exemple de l’architecture des bâtiments administratifs de Maurice Levesque.

 

- Église : L’église de Spay est typique des églises romanes de la charnière Xème/XIème s. en Sarthe. A l’intérieur on pourra voir les traces du portail roman sous le clocher, plusieurs statues allant du XVème au XVIIIème s., le retable du XVIIIème s., le banc seigneurial des seigneur de Jalesnes, etc.

Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Val de Sarthe Express - Étape 1 Fillé – Spay
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 15:36

Paul LENOIR

 

L’acte de décès de Paul Lenoir n’est pas clair du tout dès que l’on souhaite vérifier ce qui y est dit. Il serait né à La Suze vers 1847/1848 mais on ne le retrouve pas dans les registres concernant la période concernée. De même la lecture des registres des matricules n’offre aucun éclaircissement. L’acte de décès de La Suze est la copie de celui fait à Orléans.

Il aurait été incorporé dans le 41ème régiment de marche et est décédé à l’ambulance de la caserne de l’Etape à Orléans le 15 janvier 1871.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2021 3 29 /09 /septembre /2021 12:51

1. Le Roy avecques son armee arriva a Ivray L’Evesque distant de la ville du Mans d’une bonne lieue le xxviie jour

2. du mois de novembre ayant envoié devant le s(eigneu)r du Fargis avec trente sallades et cinq(uan)te harquebuziers a cheval pour recongnoistre

3. la contenance et prendre langue du nombre des gens de guerre qui pouvoient estre ded(an)s la ville et faulxbourgs Mais il n’y peust

4. arriver si matin que les ennemis n’eussent desja mis le feu et bruslé ce qu’il y avoit de faulxbourgs oultre leur retranchement

5. du faulxbourg de la Cousture et eussent faict le semblable de l’hospital sans l’arrivee dud(it) s(eigneu)r du Fargis sur lequel ils n’userent jamais

6. f(air)e aucune saillie Bientost apres arriverent les s(eigneu)rs de Biron et de Chastillon avec une bonne partie de l’infanterie francoise et se logerent en ce qui

7. avoit esté conservé du feu et l’inhumanité des ennemys La mesme nuict suivante le retranchement desd(its) faulxbourgs de la Cousture qui estoit feit

8. et pouvoit attendre l’artillerie fut emporté sans perte que d’un capp(itai)ne de la garnison de Saulmur trois et quatre soldatz et huict ou dix blessez Mais

9. du costé des ennemys il n’advint pas ainsy car il y eut grand nombre de mortz et blessez et ung de leurs capp(itai)nes prins prisonnier Le matin

10. xxviiie le Roy arriva assez a temps pour avec ce mesme bonheur f(air)e forcer en sa p(rése)nce tous les au(tr)es faulxbourgs excepté celluy de S(ain)t Jehan

11. pour ce quil estoit aussi fortement retrenché et quil estoit separé des au(tr)es par la riviere de Sarte Les xxix et xxxe le Roy fit passer

12. les rivieres a son artillerie et a ses forces estrangeres fit les preparattfz necesse(rement) pour mettre son artillerie en batterie Et le premier

13. jour de decembre sa Ma(jes)te feit forcer led(it) faulxbourg S(ain)t Jehan en plain jour et advancer son artillerie ses munitions et ses gabions

14. jusques aupres du lieu ou sad(ite) Ma(jes)té vouloit loger ses pieces po(ur) f(air)e sa batterie ce qu’elle feit sans perte d’hommes la mesme nuict

15. suivante et le iie jour de decembre sur les sept a huict heures du matin sa Ma(jes)té feit battre quelque peu les deffences de la ville

16. ung portail et deux tours pour y loger des harquebuziers attendant la bresche raisonnable pour sad(ite) Ma(jes)té esperoit f(air)e avant quil eust esté deux ou

17. trois heures apres midy des les premieres vollees de canon ceux de ded(an)s furent chiamade et demanderent a parler aux s(eigneur)s de Larchant

18. et de Rocquelore ce qui leut fut accordé par sad(ite) Ma(jes)té sans discontinua(ti)on toutesfois de sa batterie ny perte de temps a f(air)e loger ses

19. trouppes sur la contrescarpe et si pres qu’elles n’attendoient plus qu’un trou pour se loger et la bresche pour donner l’assault Quoy

20. voyant ceux de ded(an)s renvoierent aussitost les s(eigneu)rs de Vassey Pescheray Laulnay de Gennes et quelques au(tr)es en ostage avecques

21. asseurance que leur volonté estoit de rendre la place entre les mains de sad(ite) ma(jes)té s’il luy plaisoit recevoir les auditions quilz

22. proposeroient a icelluy s(eigneu)r de Larchant f(air)e cesser ce pendant toute voye d’hostilité de part et d’autre Enfin apres quelques allees et

23. venues ils se rendirent et ont remis la place entre les mains de sad(ite) Ma(jes)té et est sortie de lad(ite) ville six cens harquebuziers

24. et cent gentilhommes

 

Le siège du Mans par Henri IV en 1589
Le siège du Mans par Henri IV en 1589
Le siège du Mans par Henri IV en 1589
Le siège du Mans par Henri IV en 1589

Même s’il existe quelques témoignages de présences protestantes dans le Maine auparavant, c’est au tout début de la décennie des années 1560 que s’implante au Mans l’Église réformée. En fait cela traduit des tensions dans la société du Maine de l’époque parmi des populations de diverses origines sociales qui se tournent vers le protestantisme alors que d’autres restent dans le catholicisme. L’opposition entre catholiques et protestants va parfois jusqu’au meurtre.

Mais c’est en 1562 que la situation s’aggrave et la première guerre de religion (1562-1563) va gagner l’ensemble de royaume de France ; au Mans, en mai 1562, la cathédrale est le théâtre de violences protestantes et de nombreuses figures religieuses sont renversées. Ces destructions ont un aspect symbolique avec la contestation de l’ordre établi par l’Église catholique, mais aussi un aspect financier puisque les pillages des biens religieux permettent de financer les troupes protestantes. Dès lors les violences s’enchaînent.

Le siège du Mans par Henri IV en 1589

Projetons-nous donc maintenant à la fin de la décennie 1580. En mai 1588, le roi Henri III doit s’enfuir alors que les Parisiens se révoltent contre lui ; il meurt assassiné en août 1589. C’est son beau-frère qui hérite du trône et qui devient roi de France sous le nom de Henri IV. Les débuts sont difficiles car le roi a bien du mal à obtenir la confiance des grands seigneurs catholiques. Mais à partir de mois de septembre, il réussit à reconquérir certaines villes tombées aux mains de Ligueurs tout en veillant à faire le moins de dégâts possible.

Alors que jusqu’alors la ville du Mans était restée fidèle au pouvoir royal, l’année 1588 marque un tournant puisqu’une partie des autorités se tournent vers la Ligue qui regroupe des catholiques plus radicaux et qui veulent éradiquer le protestantisme. On fortifie certains secteurs de la ville comme l’enclos des Jacobins ; les maisons à proximité des dites fortifications sont rasées. L’évêque du Mans, Claude d’Angennes, et son frère Philippe d’Angennes, seigneur du Fargis, tentent bien de ramener le calme ; mais ils échouent et doivent fuir. La Ligue s’installe donc au Mans et un climat de violence envahit la ville ainsi que le reste du Maine. C’est l’arrivée au pouvoir d’Henri de Navarre qui va changer la donne.

En effet, le roi de France profite de la division des opinions. Par exemple le Présidial du Mans n’a pas d’unité politique ; sur la vingtaine de conseillers, certains sont des ligueurs, d’autres des royaux et le reste se complaît dans une certaine neutralité. Henri IV s’installe dans le Maine au mois de novembre 1589 et retrouve son armée à Château-du-Loir. Puis avec Philippe d’Angennes, il remonte sur Le Mans. Urbain de Laval, seigneur de Bois-Dauphin, ligueur, contrôle alors toujours la ville et organise la défense en demandant une participation financière aux manceaux, mais également en faisant brûler une partie des faubourgs.

Le siège du Mans par Henri IV en 1589

Henri IV est à Yvré L’Evêque le 27 novembre. Il est accompagné par Charles de Gontaut-Biron et François de Châtillon, un des fils de l’amiral de Coligny ; parmi les troupes se trouvent des Anglais et des Écossais fournis par la reine Elizabeth. Alors qu’on pouvait craindre une résistance longue et acharnée, la ville se rend assez rapidement après quelques actes de combat. Le roi joue la carte de l’apaisement, sans doute grâce à des négociations qui facilitèrent la reddition. Le clergé, les habitants, les échevins et les officiers de la ville sont alors placés sous la protection royale ; puis le maréchal de Biron entre dans la ville suivi plus tard par les frères d’Angennes.

Julien Bodreau dans son livre de famille relate l’événement du siège du Mans : « Le forsbourg de S(ain)t Jehan a esté incendié et bruslé le 29e de novembre 1589 et notre maison bruslée et la ville mise en l’obéissance du roy le dernier jour dudit moys oudit an 1589 et fut battue de XII pièces de doubles canons. Et le 8e de décembre oudit an 1589, le roy entra par la Vieille Porte et sortit par le Pont Perrin et alla coucher à Vallon et passa par l’Épichelière. Et les Engloys n’entrèrent poinct en ville. »

Le siège du Mans par Henri IV en 1589
Le siège du Mans par Henri IV en 1589

Dans la foulée, Henri IV, qui est installé à l’abbaye de la Couture, reçoit les soumissions de diverses villes du Maine (Sablé, Laval, Mayenne, Beaumont, etc.). Il peut alors quitter la ville dès le 8 décembre 1589. Par contre, une sévère répression est menée à l’encontre de certains habitants du Mans qui avaient pris la tête de la Ligue localement. Il y aura bien encore quelques oppositions dans le Maine, mais assez rapidement le roi va rallier l’ensemble du Maine à sa cause.

Le siège du Mans par Henri IV en 1589

On trouvera dans quelques registres paroissiaux des mentions de ces événements de l’année 1589 :

Trangé : « Nota q(ue) led(it) jo(u)r les hugenotz de l’Epicheliere prindrent la Toucheveau et son frere et ung archer a la mestairie de Grand Marce et les menerent en lad(ite) Epicheliere ». Le château des Epichelières se situe sur la commune de Souligné-Flacé et était au moment des guerres de religion aux mains de la famille Guillart. Les Toucheveau sont connus pour avoir été de fervents ligueurs et avoir procédés à quelques exécutions sommaires d’opposants au Mans.

Toujours à Trangé, le curé enregistre le 27 décembre 1589 le décès de Michel Brière. Il ajoute en marge « Nota q(ue) tous les Brieres sy apres inscriptz meurentz de la dycenterie que les Angloys leurs donnerent apres le siege du Mans ».

Verneil-le-Chétif : « Le 29 j(ou)r dud(it) moys [octobre] estoit logee une compagnye de gensdarmes a V(er)neil et y fut tue le capp(it)aine Montrollier filz de Franzois Hamet de Pont de Genes hoste du Chapeau Rouge dud(it) lieu ».

Toujours à Verneil : « Le 25 j(ou)r dud(it) moys [novembre] passant larmee du Roy p(ar)ce pays et y en avoit de logez en ceste p(ar)roisse et fut ce jour tue honn(ête) ho(mm)e Ragueneau lun des fermiers des Mesangeres et de Mange qui venoit dariver au chasteau de Mange p(ou)r ayder a le (con)server desd(its) gensdarmes et fut frape pres le Petit Mange lors quil taschoit a recouvrir les bestiaux que lesd(its) gensdarmes enmenoient et tomba tout mort sans p(ar)ler aulcunement ». Ou encore : « Led(it) j(ou)r [9 décembre 1589] mourut ung soldat suisse du reste de larmee leq(ue)l dem(eurait) chez Hector Roussart ».

 

Pour ceux qui souhaiteraient avoir plus de précisions sur cette époque troublée dans le Maine, il est conseillé de lire l’ouvrage « 1481-1789, Du Haut-Maine à la Sarthe » publié aux Éditions de la Reinette et sous la direction de Benoît Hubert et de Martine Taroni.

Le siège du Mans par Henri IV en 1589
Le siège du Mans par Henri IV en 1589
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 09:43

Louis LEMAITRE

 

Louis Lemaître est né à Mézeray le 23 mai 1846 ; son père, François Lemaître, était alors cultivateur aux Musses et sa mère était Françoise Vilatte.

Il est incorporé au 35ème régiment d’infanterie le 5 septembre 1867 comme appelé ; le registre matricule précise seulement qu’il ne savait ni lire ni écrire. Il est décédé de fièvre continue à l’ambulance militaire de Montrouge le 26 octobre 1870. Son lieu de décès s’explique sûrement par le fait que le 35ème régiment d’infanterie est impliqué lors du siège de Paris à partir de septembre 1870.

Guerre de 1870 morts du Val de Sarthe : Louis Lemaitre
Partager cet article
Repost0