Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 10:31

 

 

 

En 1768 « sont comparus François Chauvel, bordager demeurant paroisse de Saint Jean du Bois et tuteur institué par justice aux personnes et biens des trois enfants mineurs issus de défunts Pierre Bergeot, tuilier, et Renée Guitton sa femme, d’une part et Julien Leroyer, laboureur, demeurant paroisse de Courcelles, d’autre part ».

Les deux parties ont signé un « bail par adjudication à l’enchère pour cinq ans » portant sur le « lieu et tuilerie de la Croix au Brun situé paroisse de Saint Jean du Bois et ses dépendances et de trois quartiers de vigne ». Elles ont « pris et choisi la personne de Pierre Rideau expert ordinaire demeurant paroisse de Courcelles » pour effectuer la visite et montrée du dit lieu.

 

S’en suit donc la description de cette tuilerie  qui commence par l’habitation principale :

 

Et premier vu une chambre à cheminée et four, une petite chambre

à côté en façon d’apenti ou en ravalement, a remarqué que la bouche

du four est rompue et qu’il faut la refaire, que le pavage de ladite

chambre n’est que de debris et morceaux de tuilerie de differents echantillons mal

arrangés et partie rompus dont quelques uns ne tiennent point en mortier, pour

quoi remettre en état arbitré dix livres. Cy ……………………………………….. 10#..=..=

La petite chambre ou cellier à côté de celle-ci dessus est en colombages dont

toutes les terrasses sont rompues, pour les remettre en état arbitré six

livres. Ci …………………………………………………………………………………………..6..=..=

Le greniers de sur lad(ite) maison n’est pavé que de

tuiles ; sur la petite noe ou ravalement le latis est usé et rompu et même

les chevrons, pour refaire le latis et remettre les chevrons arbitré huit

livres. Cy ………………………………………………………………………………………….8..=..=

A lad(ite) chambre de maison il y a sur la cour une croisée dont le vitrage

est rompu, il y faut remettre vingt carreaux de vitre de cinq pouces.

A côté de lad(ite) maison, il y a un évier par dehors lequel est en ruine ; pour

le remettre en état arbitré trois livres. Cy……………………………………… 3..=..=

Vû ensuite une autre chambre à cheminée sous

le même faîte, remarqué qu’il faut y remettre douze

pavés de six pouces ;

Vu une autre chambre de maison à cheminée et four, le tout

se tenant, remarqué qu’il se trouve environ trente pavés de six pouces

autour du foyer sans carrie, le reste de lad(ite) chambre n’est point pavé.

Monté dans les greniers sur lad(ite) maison et chambre, ce qui ne compose

qu'un grenier attendu qu’il n’y a point de séparation, remarqué que

la partie dud(it) grenier qui est sur la maison est pavée de carreaux de

tuilerie de quatre pouces, qu’il en manque cinq cent en recherche et a

fournir et remettre, et la partie qui est sur la chambre est pavée

de tuiles dont il faut fournir deux cent cinquante.

A la couverture du côté du couchant, il faut la relever et relater où

besoin est, et recrester ; pourquoi arbitré trente livres. Ci………..30#..=..=

Le seuil et le jambage de la porte de lad(ite) chambre qui sont en pierre de taille

sont rompus, pour les rétablir arbitré six livres. Ci ………………..6..=..=

A la même chambre il se trouve sur la cour une croisée sans grilles

ni vitres et sans apparence d’y en avoir eu, il y a seulement un vental

ou volet.

A l’aire de lad(ite) maison il faut raporter deux charetées de terre franche

pour la redresser. Il y a un chevron qui donne dans la cheminée et qu’il est

à propos d’ôter et d’attacher avec un éttrier de fer.

Le four de lad(ite) maison ainsi que celui de la premiere sont à recouvrir

à neuf, pourquoi arbitré cinq livres. Ci ………………………………. 5..=..=

 

La visite se poursuit par les bâtiments à vocation agricole :

 

Visité l’étable dud(it) lieu ; remarqué que les deux côtés ne sont que

de colombages ; le pignon d’entre la maison et l’étable est rempli de debris

et de terre et le tout en ruine, pour le rétablir arbitré quarante

livres. Cy ………………………………………………………………………… 40..=..=

Aux greniers sur lad(ite) étable remarqué que les terrasses et les couvertures

sont en assez bon état.

Au toit à porc qui est proche de lad(ite) étable il y a une carrie de bois qui est

rompue, pour la rétablir arbitré deux livres. Cy …………………. 2..=..=

Vu ensuite un corps de bâtiment composé d’une grange, une étable,

deux toits à porcs, le tout se tenant construit en colombages remplis

de débris et de terrasse, et en ruine, pour le retablir arbitré deux cent

cinquante livres attendu que les merrains sont de nulle valeur

ci……………………………………………………………………………………. 250..=..)

 

Puis on procède à l’expertise des bâtiments de la tuilerie :

 

Visité ensuite la halle ou tuilerie, remarqué qu’il y a une

filliere rompue, il faut y remettre un lien de fer, pourquoi arbitré

deux livres. Ci …………………………………………………………………. 2#..=..=

Le latis et couverture est passable à l’exception d’environ deux

milliers de bardeau qui est usé et qui est à retablir en tuile pour

la plus grande convenance et commodité.

Visité ensuite le four à tuile, remarqué que le bout de la

chaufferie tant haut que bas est rompu dans la longueur de huit à

dix pieds, il faut le retablir ainsi que la voute qui est beaucoup

degradée, pour quoi arbitré pour la main d’œuvre seulement

la somme de trente livres. Cy ………………………………………. 30..=..=

La bouche dud(it) four est aussi à retablir pourquoi arbitré trois livres

Ci…………………………………………………………………………………. 3..=..=

A une petite chambre qui est au devant de la chauffrie dud(it) four

il y a une ouverture de porte qui est sans vental ni apparence d’y

en avoir eu.

Il y a une mauvaise loge au bout de la d(ite) halle, laquelle loge est sur

pieux de bois rond et construite de mauvais bois,

couverte de jonc, genets, et autres plans, le tout en ruisne et hors

d’état de servir. 

 

Vient ensuite l’expertise des terres :

 

Vu ensuite le jardin bas dud(it) lieu de la Croix au Brun, remarqué

qu'il y a deux poiriers qui ont été trop émondés d’ancien temps

des branches coupées de six pouces de diametre d’ecorce en ecorce,

a l’entrée dud(it) jardin il y a une cloture de palis brochis dont cinq sont

de manque et qu’il faut y remettre, et un verouil aussi de manque

à la porte dud(it) jardin, pourquoi reparer arbitré vingt cinq sols

ci………………………………………………………………………… 1..5s..=

Vu ensuite le jardin haut, remarqué qu’il faut remettre un loquet

de fer à la porte dud(it) jardin, pourquoi arbitré cinq sols. Cy  =..5..=

Au cloteau de terre appellé le Verger étant au devant des bâtiments

remarqué qu’il y a quantité d’arbres fruitiers où il a été coupé d’ancien

temps des branches de quatre à cinq pouces de grosseur, et dans le bas

dud(it) verger il se trouve environ un quart de journal en cheintre

et broussil de temps immemorial. Les clotures ne sont point en état,

celle donnant sur la cour

est composée de cinq baties de palis brochis partie pouris et trois

desd(its) palis manquent. Au surplus led(it) cloteau est clos de mauvaises

lisses.

Le puis étant dans le verger est sans encheintrure.

Le pré nommé Laux contient une hommée et demie ou

environ, est planté pour la plus grande partie en sepées de chene

et épines d’ancien temps, pour les arracher et remettre led(it) pré en

état de fauche arbitré trente livres. Ci………………………………..30#..=..=

La piece de terre appellée la Pelarde dont environ cinq quarts

en valeur, remarqué qu’au haut de lad(ite) piece il se trouve environ

dix pieds de large de cheintres de toute la longueur de lad(ite) piece

laquelle cheintre est plantée de temps immemorial en bruyere et

sepées de chêne, au bout de lad(ite) piece il y a en outre environ demi journal

qui est planté en sapin et bruyere, aussi d’ancien temps.

Une autre piece à côté contenant trois journaux ou environ derriere

lad(ite) halle, laquelle piece n’est qu’en broussi et pati ouvert où on

beche la terre à tuile, pourquoi lad(ite) piece est pleine de concavités

et ne peut être mise en valeur, ne servant que pour becher la terre à tuile et de pasti.

Une autre piece de terre appellée le Champ Renard contenant

environ un journal, est en assez bon état.

Vu ensuite un broussi de brosses appellé la Briholle contenant

environ un journal, remarqué que les fossés sont en ruisne, pour

les reparer arbitré trois livres. Ci ………………………………………….3..=..=

Dans led(it) broussi il y a quantité de souches de chesne qui ont été

abatues d’ancien temps.

Vu ensuite un pré appellé la Briholle contenant environ une

hommée et demie, remarqué qu’il y a tout autour

dud(it) pré des cheintres d’environ douze pieds de large plantées en

épines et mauvais plans ; et quatre souches de chesne abatues le tout

de temps immemorial, pour le tout arracher et reunir, arbitré

quinze livres. Ci ……………………………………………………. 15..=..=

Ensuite visité cinq pièces de terre contenant huit journaux ou environ

et environ huit journaux de lande, le tout se tenant l’un à l’autre

appellé les Richardieres, remarqué qu’il y a deux mille toises

de fossés à reparer, pourquoi arbitré la somme de cent livres.

Ci ……………………………………………………………………….. 100..=..=

Dans lesdites terres il se trouve des cheintres de temps immémorial.

Remarqué en outre qu’il a été abattu differents arbres de toute espece

sur toutes lesdites terres, prés, jardins cloteaux broussis taillis et pâtis

d’ancien temps et depuis trois ans au moins.

Plus remarqué que le bois a été pris partout de trois et quatre ans du temps

de lad(ite) v(euv)e Bergeot propriétaire, sans avoir reparé aucuns

fossés qui n’ont point été reparés depuis plus de quinze ans et

dont le bois n’est pas suffisant pour reparer led(its) fossés

fors le taillis de la Brihole et le pré de même nom, dont le bois

est suffisant pour reparer les fossés qui n’ont point été faits en cette

partie.

Vu ensuite le pati de la Croix au Brun étant au devant de la

halle et loge ci devant expliquées, lequel pâti est aux environs

des chemins de Malicorne à La Suze à Fercé et à Guéceslard et dans

lequel pati est plantée une croix au nom des anciens

propriétaires ; led(it) pati sans aucunes clotures dans lequel il

a été autrefois béché de la terre à tuile, et dans lequel sont

quelques arbres dependant aussi dud(it) lieu. Remarqué qu’il y a

dans led(it) pati un petit retranchement d’environ demie hommée

de terre lequel est negligé de temps immemorial, et dont les

haies et fossés sont ruinés, il y a un guignier et autres arbres

auxquels il a été coupé plusieurs branches d’ancien temps.

Vu ensuite et même auparavant trois quartiers de vigne

situés au clos de Bahier paroisse de Noyen et comprises au bail

dud(it) lieu de la Croix au Brun, remarqué que lad(ite) vigne n’est pas

à moitié plantée le fort rapportant au faible, pour la

reatablir et remettre en bon état arbitré soixante quinze livres.

Ci …………………………………………………………………………….. 75#..=..=

Partager cet article

Repost 0

commentaires