Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 09:11

Maître (n. m.) : Titre porté par des personnages de quelque importance y compris les prêtres. Par contre, le terme n’est pas utilisé pour la noblesse. (« es presence de discrets maistre Jacques Guibert prestre curé dudit Fillé », Guécélard, 1722).

 

Manable (adj.) : Se dit d’une maison habitable par opposition aux autres bâtiments. (« et une portion de jardin en plus grand jardin derriere la maison manable », Voivres Lès Le Mans, 1771).

 

Marchepied (n. m.) : Coffre bas se trouvant près du lit. (« Item un marchepied et un petit coffre estant proche les deux lictz », Fillé sur Sarthe, 1643).

 

Melier (n. m.) : Autre nom du néflier. («  … qui aboutte un melier qui est sur ladite ruelle », Fillé sur Sarthe, 1643).

 

Merce (n. f.) : Marque (en patois sarthois = merque, merc). (« le tout co(mm)e il est marqué et bourné par merce et bournes mises en iceluy », Roëzé sur Sarthe, 1606).

 

Merrain (n. m.) : Pièce de bois utilisée dans les constructions à colombages. (« … le tout se tenant construit en colombages remplis de débris et de terrasse, et en ruine, pour le rétablir arbitré deument cinquante livres attendu que les merrains sont de nulle valeur », Saint Jean du Bois, 1768).

 

Messire (n. m.) : Titre porté par les nobles dans les actes. Parfois, mais cela est très rare dans la région de La Suze, ce titre est porté par le prêtre du village. («  Haut et puissant seigneur monseigneur messire Jean Baptiste François Le Boindre conseiller du Roy en sa grande chambre du parlement de Paris chevalier seigneur du Grochesné, la Beuneiche, Buffes, Spay, Fillé, Vauguyon et autres lieux », Guécélard, 1722).

 

Métairie (n. f.) : grosse ferme exploitée par un métayer ; elle est plus importante qu’un bordage. Dans la région de La Suze, ce n’est pas le faire-valoir qui différencie une métairie d’un bordage mais plutôt la superficie, la métairie occupant une plus grande superficie. (« … demeurants à la metairie de la Cour », Voivres Lès Le Mans, 1760).

 

Meubles morts et vifs (n. m.) : Cette expression désigne les biens d’une personne. Le sens de « meuble » est tout ce qui se meut, c'est-à-dire tout ce qui n’est pas immeuble (immobile). On y trouve donc des meubles, des outils, des linges, des animaux, etc. (« … pour faire et attester linvantaire et appressiation de leurs meubles mortz et viz », Fillé sur Sarthe, 1643).

 

Mitan (n. m.) : Le milieu. (« … qui est iceluy tiers a prendre ou mitan dicelle lottye », Fillé sur Sarthe, 1645).

 

Monnier (n. m.) : Meunier. (« Nicollas Morillon marchand monnier demeurant aux moullins de la Beunaiche paroisse de Royze », Fillé sur Sarthe, 1645).

 

Mortier (n. m.) : Trou d’eau dans un champ (« au bas duquel il y a un mortier negligé de temps immemorial d’avoir été curé n’y ayant point moyen d’en faire écouler l’eau, et qui est à present à sec par la longue secheresse », La Suze, 1768).

 

Moulages (n. m.) : Terme de meunerie. Le mécanisme qui entraîne les meules. (« lesdits moulins de Spay tant en domaine, roues, rouets, meulles, moullages, tournans et virans. », Spay, 1727).

 

Noë (n. f.) : pièce de terre humide. (« et une petite noë de pré derriere lesdites maisons, ladite noë contenant demie hommée », La Suze sur Sarthe, 1770).

 

 

 

Orillier (n. m.) : Oreiller. (« deux mauvaizes coüettes deux orilliers », Fillé sur Sarthe, 1766).

 

Ormoire (n. m.) : Armoire. (« un ormoire a quatre fenetres de bois de chene non fermant de clef », Fillé sur Sarthe, 1754).

 

 

Ousier (n. m.) : Osier. (« Item trois grands panniers et un petit faictz d’ousier », Voivres Lès Le Mans, 1639).

 

Palâtre (n. m.) : Plaque de tôle. (« que dans le fond du batteau il y avoit plusieurs palâtres en dedans qui cachoient des nœuds qui se trouvoient dans des planches du fond », La Suze sur Sarthe, 1767).

 

Palis brochis (n. m.) : Clôture végétale composée de branchages entrelacés. (« A l’entrée dudit jardin il y a une cloture de palis brochis », Saint jean du Bois, 1768).

 

Pastour (n. m.) : Berger. (« et le pastour du nommé Urban Le Brun », Spay, 1729).

 

Paturail (n. m.) : Terre commune où les habitants peuvent venir faire paître leurs animaux. (« il y a meme certains particuliers voisins qui regardant ces vignes comme une commune, et un paturail, y envoïent paitre leurs bestiaux », Fillé, 1754).

 

Perieure (n. m.) : Prieuré (« Et dautre coste le lieu despandant du perieure dudit Fillé », Fillé sur Sarthe, 1645).

 

Pessaige (n. m.) : Pacage. Le droit de pacage est l’autorisation qui permet de faire paître ses animaux sur une terre. («… avecque droictz de pessaige dans la lande de Pierrauble », Fillé sur Sarthe, 1645).

 

Pied (n. m.) : Unité de longueur valant 12 pouces soit 0,3249 m. (« Une lottye de jardin qui se consiste en vingt et cinq piedz de largeur et de longeur de trente et deux piedz » ; Fillé sur Sarthe, 1642).

 

Pieu de liage (n. m.) : pieu planté sur la rive et parfois dans la rivière, et sur lequel les bateliers s’amarrent pour franchir les portes marinières. (« lequel nous a requis de nous transporter dans la prairie nommée les Vergers dependante du château de cette ville pour luy decerner acte de la plantation de deux pieux en chapelet pour servir de pieux de liage quil auroit fait planter dans la riviere de Sarthe », La Suze sur Sarthe, 1769).

 

Pipe (n. f.) : Unité de mesures valant environ 450 litres. (« fournir une toise et demie de pierres, trois pipes de chaux et douze chartées de sable », Voivres Lès Le Mans, 1751).

 

Plumée (n. f.) : balance. (« Une plumee a pezer mise a prix p(ar) led(it) Morillon a dix sols », Voivres Lès Le Mans, 1639).

 

Portoire (n. m.) : Hotte de vendangeur. (« une paire de portoires de peu de valleur », Fillé sur Sarthe, 1766).

 

Potaiges (n. m.) : Plantes potagères. (« … soyt de vin seigles orges avoynes et aultres grains potaiges et legumes », Voivres Lès Le Mans, 1604).

 

Poupetonnière (n. f.) : Casserole pour préparer les daubes. («Une braiziere, six marmites, une poupetonniere le tout de cuivre rouge garnys de leur couvercle», Fillé sur Sarthe, 1757).

 

Praticien (n. m.) : Personne qui connaît le droit. (« Maître Jacques Hory pratisian demeurant audit Parys », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Prepoint (n. m.) : Pourpoint ; vêtement pour le haut du corps. (« Un vieil prepoint de toille et un vieil chappeau a usage du deffunct », Voivres Lès Le Mans, 1639).

 

Pressouer (n. m.) : Pressoir (« d’un bout le logis en crouppe ou est le pressouer», Roëzé sur Sarthe, 1606).

 

Preunier (n. m.) : Prunier « a prandre depuys un petit preunier damarctz violet a aboutter seur la fontaine », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Prizée (n. f.) : Evaluation du prix du cheptel. Le bailleur fourni un cheptel pour peupler la ferme ; ce cheptel est donc évalué lors du bail. («  … la somme de trois cens livres de bestiaux en prizée … pour peupler ledit lieu de Beauchesne consistans en quattre bœufs deux vaches deux chevaux chartes charues et autres ustancilles servant au charoy et labourage », Guécélard, 1722).

 

Procureur fabricial (n. m.) : Personne qui gère les biens appartenant à l’église de la paroisse. (« François Loyseau procureur fabricial de la paroisse de Fillé », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Procureur syndic : Personne élue pour gérer les affaires de la communauté. Dans une paroisse, il peut par exemple être responsable de la collecte de certains impôts. (« Michel Niepceron procureur sindic des habitans de la parroisse de Fillé et Gueselard », Fillé sur Sarthe, 1647).

 

Prosnes (n. m.) : Moments de la messe pendant lesquels le curé donnait en chaire des informations, religieuses ou non, à la population. (« et aussi quil a fait publyer laditte vente aux prosnes des messes de dismanche et cellebrée es eglises dud(it) Fillé Spay et Roise », Fillé sur Sarthe, 1690).

 

Quartier (n. m.) : Mesure de surface qui correspond à 33 ares pour les prés et 16,5 ares pour les vignes. (« Sçavoir est une planche denviron un quart de quartier de vigne située au clos des Basses Huaudières paroisse de Voivres », Voivres Lès Le Mans, 1767).

 

Rachet (n. m.) : Râtelier pour suspendre des ustensiles. On trouve en patois sarthois des formes proches telles que « ranchoir », « ranchoèr », « rancher », etc. (« dans la cuisine du dit château sest trouvé une paire de chenets, une grande et une petite pelle, une paire de pinces, deux paires de tenailles, trois cremilleres, un rachet, le tout de fert », Fillé sur Sarthe, 1754).

 

Ravalement (n. m.) : Appentis qui prolonge le toit. (« avecque un petit ravalement au derriere », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Recurouere (n. f.) : Outil pour nettoyer le soc de la charrue. (« Item une paire de bouelles une charue une recurouere », Fillé sur Sarthe, 1690).

 

Regit (n.m.) : Rejet sur une souche. (« dont le regit d’un an a été tout mangé par les bestiaux et dont la plus grande partie des souches est morte », Roëzé sur Sarthe, 1756).

 

Renter (v.) : Allonger. (« ils ont observé que le vental de la porte est demi usé et renté d’une planche dans le haut », Voivres Lès Le Mans, 1756).

 

Repourfrir (v.) : Renduire. (« Pour repourfrir tout autour dudit bastiment il faut trois quarts de chaux et trois chartées de sable », Roëzé sur Sarthe, 1756).

 

Retrait lignager (n. m.) : Héritage récupéré après une vente d’un bien. (« Et quil appartiennent aux vendeurs et quil lavoict eu par retrait lignaiger », Fillé sur Sarthe, 1644).

 

Ronde (n. f.) : Mesure agraire. (« Item deux rondes et demye de pré », Roëzé sur Sarthe, 1606).

 

Rotte traversaine (n. f.) : Sentier qui traverse plusieurs petites planches de vignes. (« aboutte d’autre bout une rotte traversaine tandant a aller du Grochenay a l’Oliverye », Fillé sur Sarthe, 1657).

 

Rouet (n. m.) : Terme de meunerie. L’eau entraîne la roue qui transmet la force au rouet par l’intermédiaire de l’arbre. Ainsi le rouet, transmet la force au reste du mécanisme. (« lesdits moulins de Spay tant en domaine, roues, rouets, meulles, moullages, tournans et virans. », Spay, 1727).

 

Roussard : Grès ferrugineux roux classique du Maine. De nombreux édifices utilisent ce matériau résistant mais difficile à sculpter. («  les jambages et le seuil en pierres de roussard », La Suze sur Sarthe, 1779).

 

Royer (n. m.) : Charron. (« Nicolle Salle royer », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Ruau (n. m.) : Ruisseau. (« et a prendre aussy par le millieu dun petit ruau proche le fossé », Voivres Lès Le Mans, 1672).

 

Saillon (n. m.) : Sillon (« … consernant sept saillons de terre a prandre en certaines pieces appellees la Trancharderye », Fillé sur Sarthe, 1656).

 

Sarge (n. f.) : Etoffe de laine (« Un mauvais bois de lit de noyer son entour de sarge verte », Fillé sur Sarthe, 1766).

 

Sarger (n. m.) : Serger ; personne qui fabrique les tissus de laine. (« … en presence de François Loyseau sarger demeurant audit Fillé », Fillé sur Sarthe, 1645).

 

Saufat (n. m.) : Sofa. («Item un saufat a quatre places couvert de damas cramoisy », Fillé sur Sarthe, 1757).

 

Sauvageaux (n. m.) : On trouve la forme « sauvageon » dans le dictionnaire. Ce sont de jeunes arbres sauvages qu’il faut greffer par la suite. C’est très souvent une des conditions dans un bail. « Et planteront quatre sauvageaux fait de pommiers ou poiriers de pepinieres chacun ans et le les enter de bonnes especes », Voivres Lès Le Mans, 1760).

 

Seille (n. f.) : Une bancelle, parfois pour traire les vaches. (« Item deux sailles le casseau et le godet », Guécélard, 1675).

 

Selle (n. f.) : Désigne un petit banc à usages multiples. (« Item une vielle selle a laver la laisive », Fillé sur Sarthe, 1647).

 

Sepée (n. f.) : souche d’arbre sur laquelle repoussent de jeunes branches. (« Les dites portions séparées par des sepées d’aune, de saule et autre mort bois », La Suze sur Sarthe, 1770).

 

Sepmetiere (n. m.) : Cimetière. (« Faict et passe ou sepmetiere dudit Fillé », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Seran faux crochets (n. m.) : Appareil pour peigner la filasse de chanvre, de lin, d’orties, etc. (« un serans à faux crochets », Fillé sur Sarthe, 1766).

 

Sereure (n. f.) : Serrure. (« auquel y a une chaigne et collier de fert avec sereures », Etival Lès Le Mans, 1645).

 

Sergent (n. m.) : Simple officier de justice qui transmet des documents officiels. On trouve fréquemment la forme « sergent royal ». (« Maître Francois Brossard sergeant demeurant audit Fillé », Fillé sur Sarthe, 1642).

 

Serger (n. m.) : Personne qui fabrique des serges (étoffe de laine). On trouve plus souvent la forme « sarger ». ( … ladite venderesse comme héritiere de Sulpice Bafour serger », La Suze sur Sarthe, 1783).

 

Serment (n. m.) : Sarment. (« une charte de gros boys de chauffage et fagots tant de serment que autres bois », Voivres Lès Le Mans, 1639).

 

Serpier (n. m.) : Serpe. (« un vieil serpier avec son manche », Voivres Lès Le Mans, 1639).

 

Seulle (n.f.) : Grosse poutre à la base d’un mur à pans de bois. (« La seulle de la cloison entre ladite maison et ladite chambre froide est pourie », Voivres Lès Le Mans, 1756).

 

Sieur (n. m.) : Titre honorifique porté par des personnes de quelque importance dans un village. Il n’est que rarement utilisé pour les nobles. (« … ledit sieur acquereur », Fillé sur Sarthe, 1642).

 

Sinas (n. m.) : Plancher composé de branchages posés sur des solives au dessus des étables afin de faire un grenier à foin. (« lesd(its) toits [à porcs] sont sans sinas ou plancher», La Suze sur Sarthe, 1768).

 

Somme (n.f.) : Charge portée par un animal. (« et une somme de cheval de sable pour recrester », Voivres Lès Le Mans, 1751).

 

Souloir (v.) : Avoir coutume de. (« un clotteau de terre qui soulloict estre en lande », Roëzé sur Sarthe, 1606).

 

Sourcelles (n. f.) : maçonneries basses d’un bâtiment (« Et en l’egard des reparation des sourcelles despandant desdits bastiments », Fillé sur Sarthe, 1659).

 

Sourcelure (n. f.) : maçonnerie basse d’un bâtiment. («  depuis le mur de sourcelure de ladite cloison à claire voie », La Suze sur Sarthe, 1779).

 

Stercorer (v.) : Vient du latin stercus qui veut dire excrément, fumier. Apporter un engrais naturel à la terre. (« de les stercorer de bon terreau », Voivres Lès Le Mans, 1780).

 

Subsides (n. m.) : Versement en nature fait chaque année au bailleur par le locataire. («  … de fournir par formes de subsides neuf poulardes grasses », Voivres Lès Le Mans, 1760).

 

Tabellion (n. m.) : Officier public qui conserve des actes et en délivre des copies (les grosses). (« Daniel Lelong notaire et tabellion royal aux pays et compte du Maine demeurant et rezidant au bourg de Fillé », Guécélard, 1675).

 

Tailleur d’habits (n. m.) : Personne qui fabrique les vêtements. On en trouve au moins un par village. (« Jacques Roullard marchand tailleur dabitz demeurant paroisse de Spay », Fillé sur Sarthe, 1643).

 

Tendre (v.) : Aller vers. (« et dau(tr)e bout au chemin tendant dud(it) lieu de la Gaultraye aud(it) chemin de Champlambert », Voivres Lès Le Mans, 1672).

 

Teroisse (n. f.) : Grosse souche d’arbre avec une grosse tête plusieurs fois émondée. En patois sarthois, on trouve « térouesse ». (« … a prandre a tirer en droite ligne par le pied deune petitte teroisse », Fillé sur Sarthe, 1645).

 

Terrasseur : Ouvrier ou artisan qui fabrique le torchis. (« En oultre faire six journée de masson et six de terrasseur fournies de touttes matieres », Guécélard, 1722).

 

Tireur d’étaim (n. m.) : Dit aussi « peigneur » ; il travaille la laine en la trempant dans l’huile pour la rendre plus souple. De 20 livres de laine nettoyée, il obtient 12 livres d’étaim. Ensuite la laine est remise aux fileuses. Dans certains actes de la fin du 18ème siècle, une même personne est dite « tireur d’étaim » et également « serger ». (« Georges Levasseur tireur d’étaim », Roëzé sur Sarthe, 1786).

 

Tixier (n. m.) : Tisserand. (« Jehan Godefray tixier en thoiles et Catherine Virfolet sa femme », Fillé sur Sarthe, 1644).

 

Toile de brin (n. f.) : Toile obtenu à partir du chanvre. (« Item seze draps partyes de thoille de brin de chacun quatre aulnes », Fillé sur Sarthe, 1643).

 

Toise (n. f.) : Unité de longueur (1,949 m.) souvent utilisée dans les baux. (« … et pour celles des hayes et fossés en reparent chacuns ans cent cinquante toises es endroits les plus necessaires », Guécélard, 1729).

 

Tournans et virans (n. m.) : Terme de meunerie ; ce sont les pièces mobiles d’un moulin (les meules et le mécanisme). (« lesdits moulins de Spay tant en domaine, roues, rouets, meulles, moullages, tournans et virans. », Spay, 1727)

 

Travail (n. m.) : dévidoir à écheveaux. On trouve aussi « travoier ». (« Un travail et dix fuseaux », Fillé sur Sarthe, 1651).

 

Traversier (n. m.) : Traversin. (« un autre traversier a taye de couetty le tout garny de mauvaize plume d’oye toutte uzée », Fillé sur Sarthe, 1766).

 

Traverslict (n. m.) : Traversin. (« Item une couette de lict un traverslict et deux orillers de vieille plume et une vieille couette de sarge sur fil blanche », Voivres Lès Le Mans, 1639).

 

Travouil (n. m.) : Voir Travail.

 

Tringue (n. f.) : Tringle. (« Item huit rideaux de croizée de toille ouvrée avec leurs tringues », Fillé sur Sarthe, 1757).

 

Troisse (n. f.) : Grosse souche d’arbre avec une grosse tête plusieurs fois émondée. En patois sarthois, on trouve « térouesse ». (« madite dame se rezervant touttes les troisses seiches », Guécélard, 1728).

 

Tuilottier (n. m.) : Personne qui travaille dans une tuilerie. (« Aux charges en outre par l’adjudicataire de dependre de tous les marchés faits avec les ouvriers tuilottiers », Saint-Jean-du-Bois, 1767).

 

Vendition (n. f.) : Contrat de vente. (« La vendition faicte par lesdits vendeurs audit sieur acquereur », Fillé sur Sarthe, 1642).

 

Vental (n.m.) : battant de porte (« Les entrées des bancs auront dix sept pouces de large, sans aucun vental », La Suze sur Sarthe, 1785).

 

Verouil : Verrou (« garnie de pentes et gonds suffisants et d’un vérouil », La Suze sur Sarthe, 1779).

 

Vesseaul d’avettes (n. m.) : Ruche. (« de cinq vesseaulx davettes », Roëzé sur Sarthe, 1606).

 

Vin de marché (n. m.) : Commission versée sur une transaction. (« En vin de marche a este mins trente sols paye comptant par lacquereur », Fillé sur Sarthe, 1643).

 

Visite et montrée (n. f.) : Etat des lieux qui est parfois fait lors d’un changement de locataire. (« … avec faculté à eux d’y faire faire telle visite et montrée que bon leur semblera », La Suze sur Sarthe, 1782).

 

Vitrix (mot latin = qui lie) : terme utilisé dans les actes pour désigner le mari, tuteur des enfants issus d’un précédent mariage de sa femme (« ledit Barassé sera vitrix et tuteur institué par justice aux personnes et biens des enfants mineurs issus de ladite Deshaies et dudit défunt Rochelle », La Suze sur Sarthe, 1776).

 

Volier (n. m.) : Pied de vigne le long d’un mur. (« Quant à un volier attaché au dit pignon, il est reconnu qu’il a son pied près le pan de mur », La Suze sur Sarthe, 1781).

 

Voulge (n. m.) : Vouge, croissant ; outil à lame courbe comme une faucille qui sert à élaguer. (« Item un voulge », Voivres Lès Le Mans, 1639).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Time 16/02/2014 13:06

Grande blog. Grazie per le informazioni . Avete molto bello blog.