Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 18:31

VOIVRES (72) : Restauration du retable du XVIIIe siècle.



Retable-restauration.jpg

 La restauration du retable principal de l’église de Voivres est terminée. La réception des travaux s’est déroulée en présence de monsieur Guilbault, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art de La Sarthe, de Monsieur Girardot, Maire de Voivres, de Madame Grenouillot dirigeant l’entreprise de restauration agréée, et d’un membre de l’Association pour l’Etude du Patrimoine Sarthois.

 Des sondages ont permis de déterminer la polychromie d’origine et, après nettoyage, le retable, repeint et doré à la feuille, a retrouvé sa splendeur de 1787 (Les statues, certaines de grande valeur et inscrites, seront restaurées par la suite).

 L’église de Voivres possède trois retables, érigés en 1787, et qui sont inscrits depuis le 26 décembre 1984 à l’Inventaire supplémentaire de la liste des Objets mobiliers classés. La mesure d’inscription s’accompagne d’un certain nombre de contraintes dont l’obligation d’obtenir l’accord du Conservateur des Antiquités et Objets d’Art avant toute intervention.


LES ORIGINES DE LA RESTAURATION


Retable-restauration-commune.jpg
Ci-dessus le retable en octobre 2003. Ci-dessous, un détail de la restauration de 2003.

Retable-restauration-commune-d-tail.jpg


C’est en  octobre 2003 que l’Association pour l’Etude du Patrimoine Sarthois découvre que le retable du maître-autel est l’objet d’une restauration entreprise, sans étude préalable ni autorisation, par la municipalité. L’expertise du Conservateur des Antiquités et Objets d’Art de La Sarthe est sans appel : « On vient d’entreprendre de repeindre le retable avec des teintes choisies tout aussi arbitrairement qu’au siècle dernier ».

 La restauration actuelle, très onéreuse, se justifie en partie  par la nécessité de masquer cette intervention inappropriée. Sans elle un décrassage suivi de quelques retouches aurait été suffisant (lettre adressée à la mairie le 1 décembre 2003 par Monsieur le Conservateur des Antiquités et Objets d’Art).

 Mais ne boudons pas notre plaisir : Le retable après restauration dans sa polychromie d’origine est magnifique !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires