Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 10:56

Volontairement, toutes les sources pour cet article n'apparaissent pas.

Par ailleurs, nous sommes toujours à la recherche d'informations ou de documents sur le sujet.

G. Inspections et revues

Ces troupes ne sont pas toujours bien contrôlables et on rapporte certaines dérives. Par exemple, alors qu'il se rend à Ballon depuis Le Mans en janvier 1919 le général Lewis stoppe trois fois son véhicule afin de faire des remontrances à des soldats qui n'étaient pas vêtus correctement ou qui ne saluaient pas. Plusieurs actions viennent redonner une certaine discipline. La première d'entre elle consiste en des inspections par le Commandant en Chef des armées américaines, le général Pershing. Il viendra d'ailleurs plusieurs fois en Sarthe.

  • Le 21 janvier 1919 : inspection et revue de la 30th Division avant de se rendre au Mans quelques jours plus tard. Cette revue s'est déroulée environ cinq kilomètres à l'ouest de Ballon sur un immense terrain préparé par le 105th Engineers Regiment.

  • 28 ou 29 janvier 1919 : inspection de la 92nd Division au Forwarding Camp.

  • 24 février 1919 : inspection et revue de la 77th Division à Sablé, cérémonie au cours de laquelle sont remises des médailles.

  • 18 mai 1919 : inspection du YMCA.

  • 9 juin 1919 : revue au Mans.

 

Le général Pershing à La Suze en 1919

Le général Pershing à La Suze en 1919

Pour avoir une certaine idée d'une revue, on dispose du courrier du capitaine Butler qui décrit son activité de la venue du général Pershing en juin 1919. La nouvelle de la venue du général arrive le dimanche pour une revue qui se déroule … le lendemain matin ! Et le capitaine d'apprendre en début de soirée qu'il commandera un bataillon formé de divers unités. Le réveil se fait à quatre heures le lendemain matin, puis le petit-déjeuner est pris à 04h15. La colonne se met en marche à 05h30 depuis le Belgian Camp à destination du camp d’aviation distant de huit kilomètres. Là, 15 000 hommes se mettent en place. La revue à proprement dit commence à 09h15. Lorsque arrive le tour du bataillon du capitaine Butler, celui-ci se place derrière les officiers qui inspectent les soldats et posent des questions à certains d'entre eux. Après la revue, le rite reste le même : le général Pershing est debout sur une estrade alors que les soldats sont debout autour de lui pour écouter son discours. Il y a une sorte de fascination pour le général Pershing comme le relate un article du Sunday Oregonian. Lors de sa visite au centre YMCA des Jacobins en mai 1919, il prononce une allocution. Le rédacteur de l'article fait état d'un général qui paraît doux et plus jeune que les clichés publiés, ayant une attitude très paternelle priant les hommes de s’asseoir pour écouter son discours.

Ce profond respect est également présent chez les soldats de la 77th Division lors de la revue du 24 février 1919 à Solesmes : « A Solesmes, Mayenne (sic), lors de la mémorable matinée du 24 février, le général Pershing a examiné la 77e Division. Il pleuvait la veille, mais un vent matinal, vif et froid, faisait retomber rapidement les nuages noirs de l'autre côté des collines, tandis que le soleil jetait de grandes ombres sur les vallées. […] Soudain, les rangs se mirent au garde-à-vous, et il y eut un silence. Puis, à l'autre bout du champ, sonnait un flot de trompettes et un grondement de sabots sur le sol souple, le général Pershing et son équipe trottaient rapidement devant les rangs. [...]. De nouveau sonna le triple flambeau des trompettes, la division vint présenter les armes, tandis que le général Pershing s'assit sur son cheval, immobile, la main levée au salut.  » Puis il passe ensuite dans les rangs discutant avec certains soldats avant de décerner des médailles par dizaines.

Des remises de décorations permettent aussi de maintenir une discipline militaire. Le 306th F.A. se rassemble dans un champ en dehors du bourg de Noyen pour décorer des soldats.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires