Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 08:23

Arche du Tertre (1844, C3) : Il s'agit d'un nom au niveau de la route royale n° 23 de Nantes à Paris. L'arche désigne le passage du ruisseau de l'Hannarée sous la route. Si on regarde une carte avec les courbes de niveau, on voit que le mot « tertre » correspond à une butte toujours visible entre l'allée de la Grande Sapinière et la D323.

 

Ardoise (L') (1810, F3) : C'est un toponyme que l'on croise rarement en Sarthe et qui ne semble pas avoir de lien avec le matériau du même nom. Il faut peut-être plus s'orienter vers le latin « ardeo », « ardens » et qui signifie « être en feu », « brûler ». Il faudrait alors plus penser à un terrain brûler pour être défricher. En 1777, c'est un bordage appartenant au comte de Broc et exploité par Michel Leporcher.

 

Beauchêne (1844, E1) : Beauchêne était une métairie appartenant au Leboindre du Gros Chenay à Fillé. L'endroit est aujourd'hui grignoté par les lotissements et devrait perdre prochainement son caractère originel. En 1676, un important orage avec de la grêle ravage la région et la métairie est dite ruinée. Le nom vient soit d'un arbre remarquable, soit d'une chênaie de belle qualité.

 

Beauchesne (1810, F1) : Voir ci-dessus.

Cadastre 1844

Cadastre 1844

Belle Etoile (La) (1810, E2 ; 1844 C2) : Ce nom indique un croisement de chemins. Le nom ne semble apparaître qu'après la construction de la route royale et ce nom était donné à l'auberge qui s'était implantée là.

 

Belle Etoile (La Petite) (1844, D1) : Voir ci-dessus. Le lieu n'existait pas sur le cadastre de 1810.

 

Bigottières (Les) (1810, E2 ; 1844, D1) : L'endroit habité par Bigot. Les Bigottières ont été dotées au XVIIIème siècle d'une belle demeure de campagne. Les cadastres anciens montrent d'ailleurs divers aménagements d'un parc. En 1836, on vend des arbres sur la terre des Bigotières dont « Le voisinage de la grande route du Mans à Angers rend l'exploitation de ces arbres de la plus grande facilité ; et la rivière de la Sarthe, qui borde la propriété et qui est navigable en cet endroit, permet de diriger les produits sur Angers et Nantes ». En 1836, la propriété est vendue : une maison de maître, cour, jardins anglais, deux fermes et les terres.

Cadastre 1844

Cadastre 1844

Bordage (Le Bas) (1844, E3) : Un bordage est une petite exploitation agricole de quelques hectares. En 1777, ce lieu fait à peine cinq hectares.

 

Bordage (Le Haut) (1844, E1) : Voir ci dessus. En 1777, l'endroit est simplement qualifié de « petit lieu » et occupe une superficie d'un peu plus d'un hectare. En 1828, on procède à la vente du Haut-Bordage ; le corps de bâtiment est composé d'une chambre à feu, d'une autre chambre à feu avec four et grenier au dessus, d'une étable et d'un toit à porcs au pignon. Il y a également une auge à triturer le cidre avec un petit toit en paille ainsi qu'une mauvaise loge sur piliers couverte en paille. Il y a deux champs : celui de Derrière faisant 44 ares, organisé en jardin, pré et terre labourable, et le champ du Sablon faisant 55 ares.

 

Bordages (Les Bas) (1810, F3) : Voir ci-dessus.

 

Bordages (Les Hauts) (1810, F3) : Voir ci-dessus.

 

Buffard (1810, F3) : « Buffard » et « Buffe » sont très proches l'un de l'autre, aussi bien sur l'origine du nom que géographiquement. L'endroit est également connu pour avoir été le lieu de résidence de Paul Cordonnier-Détrie, érudit sarthois qui a laissé de nombreuses études. Voir « Buffe ».

 

Buffard (Gué de) (1844, D2) : Les landes dans la partie Est de Guécélard sont traversées par plusieurs cours d'eau que l'on franchit parfois par un pont, mais dont la construction coûte cher, ou par un gué, moins onéreux à la mise en place mais plus hasardeux à passer.

 

Buffart (Le Petit) (1844, D5) : voir « Buffe ».

 

Buffart (1844, E1) : voir « Buffe ».

 

Buffe (1810, F1 ; 1844, C4) : Buffe est une vieille seigneurie rachetée par le seigneur du Grochenay dans la deuxième moitié du XVIIème siècle, et dont les mentions les plus anciennes remontent au début de l'ère capétienne. On trouvera sur le site de M. Gobenceaux une étude très précise sur le lieu : http://guecelard.over-blog.com). Pour certains, « Buffe » désigne une petite habitation, et donc serait étymologiquement proche du « Bur » de Fillé. Pour d'autres, le nom « Buffe » serait à rapprocher du mot « bief » et serait alors en lien avec une dérivation d'un cours d'eau.

Buffe au XVIIIème siècle

Buffe au XVIIIème siècle

A SUIVRE

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires