Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 08:02

Embuche (L') (1810, D1 ; 1844, G2) : Ce lieu se situe sur la route des Vignes. On pourrait penser à un endroit où on serait piégé par une embuscade. Mais on trouve dans le dictionnaire Godefroy le verbe « embuschier » qui est l'action de mettre les animaux, en particulier les porcs, au bois. Force est de reconnaître que le lieu de l'Embûche situé à proximité des bois du Gros Chenay sied mieux à cette explication.

 

Enclos (Le Petit) (1844, A2) : Comme son nom l'indique, l'Enclos désigne un terrain clos. Il existe un autre endroit à Fillé nommé « l'Enclos », sur la route de la Poussinière, mais qui n'apparaît pas sur les cadastres du XIXème siècle. Il pourrait cependant être un indice d'un aménagement parcellaire médiéval dans ce secteur.

 

Fillé : On trouve dans la cartulaire de la Couture, à la fin du XIème siècle ou au début du XIIème siècle, l'expression « Pfilla parochia» à propos d'une terre concédée aux religieux de l'abbaye de la Couture. Il est possible que la forme « Pfilla » soit une mauvaise transcription. Vers 1175 et 1184, « Herbertus de Fille » est témoin d'actes de l'abbaye de la Couture. En 1233, l'abbaye de la Couture se voit confirmer l'église de « Filleio ». En 1250, les titres de l'abbaye de Beaulieu cite la paroisse de « Fillié ». On ne va pas passer en revue les diverses occurrences qui marquent très peu de variation. La terminaison en « é » est typique des noms de village issus de l'époque gallo-romaine. Ainsi donc le « é » final traduit le suffixe « acum » qui permet dans un nom de dire « le lieu de ... ». Ainsi «Fillé» est le domaine de Fillius. Cela est aujourd'hui conforté par la découverte de quelques tessons de céramiques et de tuiles gallo-romaines dans le bourg de Fillé.

Le nom des lieux de nos communes : Fillé sur Sarthe (suite)

Fontaine (La) (1844, A2) : Le lieu de la Fontaine est en limite communale au pied de la butte de Saint-Fraimbault. Il doit son nom sans doute à une source née d'un écoulement venant de la dite butte.

 

Fontaines (Les) (1810, B ; 1844, B2) : Les Fontaines se situent au point de rupture entre deux anciennes terrasses de la Sarthe. Sur celle qui est au-dessus des Fontaines, une nappe d'argile empêche l'eau de s'enfoncer plus profondément et elle ruisselle donc à moins de deux mètres de profondeur. Cette ligne de fracture, visible lorsque l'on remonte la rue de la Libération, est l'endroit où sortent les eaux de ruissellement qui donnent naissances à plusieurs petits rus qui se jettent dans la Sarthe.

 

Geleries (Les) (1844, B2) : Les Geleries étaient jadis un hameau séparé du bourg de Fillé. Les variations orthographiques sont nombreuses dans les documents anciens et on distinguait des Hautes Geleries des Geleries. L'origine du nom provient sans doute du patronyme « Gelé », « Geslé » très fréquent en Sarthe. Donc les Geleries étaient le lieu habité par Gelé, et non pas un endroit où il faisait froid.

 

Geleries (Les Hautes) (1844, B2) : voir ci-dessus.

Cadastre 1810

Cadastre 1810

Glandier (Le) (1810, D2 ; 1844, G1) : C'est un lieu qui n’apparaît dans le document de 1777 sur la propriété foncière de Fillé. Il n’apparaît pas non plus dans les archives notariales plus anciennes. Le nom vient de « gland » et est donc en rapport avec le chêne. Ce pouvait donc être l'endroit où se trouvait un chêne ou encore l'endroit où l'on amenait les porcs pour la glandée.

 

Grandmont (1810, A2) : Pour qui passe par ce lieu, aucun élément remarquable dans le relief n'évoque une colline. En 1844, on le subdivise en « Grand Mont » et « Petit Mont ». On peut rester sur un mystère, mais les archives viennent à notre secours puisqu'il est question d'un fief de Mons à la fin du Moyen-Âge. On peut supposer que « mont » en question pouvait donc être une motte féodale. A noter à quelques centaines de mètres un lieu-dit nommé « Montalaume ».

 

Groie (La) (1844, A2) : Il s'agit encore d'un des ces lieux-dits qui sont apparus sur la route de Saint-Fraimbault dans la première moitié du XIXème siècle. Le nom indique un terrain caillouteux.

 

Gros Chenay (1810, C1 ; 1844, G4) : Il y aurait des pages à écrire sur le Gros Chenay tant on possède de documents des XVIIème et XVIIIème siècles. On se bornera ici à l'étymologie du lieu-dit qui indique simplement la présence de chênes.

Plan du domaine du Gros Chenay (XIXème siècle)

Plan du domaine du Gros Chenay (XIXème siècle)

Le Gros Chenay au XVIIIème siècle

Le Gros Chenay au XVIIIème siècle

Grutières (Les) (1810, D2 ; 1844, G1) : Les Grutières étaient un fief qui fut acheté par Jean Leboindre en 1644. Une partie relevait du temporel du prieuré de Roézé. Le nom vient sans doute du patronyme Grutier qui était encore présent en Mayenne aux XVIIème et XVIIIème siècles. A noter qu'en 1781 on y trouvait « une auge à triturer le vin ».

 

Houx (Le) (1810, C2 ; 1844, B2) : Le lieu a aujourd'hui disparu du paysage. En 1777, ce n'était qu'un bordage. Comme pour d'autres lieux, le nom vient de la présence d'un arbre particulier.

 

Îles (Les Basses) (1844, F3) : Les Îles avec toutes ses déclinaisons … Les Îles se situent au sud-ouest de la commune de Fillé sur la dernière terrasse de la Sarthe. On peut proposer deux explications pour ce toponyme. La première pourrait indiquer des terres qui restent émergées comme ce fut le cas lors de la grande inondation de 1995. La seconde, et la plus vraisemblable, est sans doute liée à la présence d'îles sur le cours de la Sarthe. Elles étaient souvent le fruit du déplacement de sédiments en dessous des barrages. Or, entre la chaussée du moulin de Fillé et celle du moulin de la Beunêche, se trouvait il y a plusieurs centaines d'années une chaussée à proximité du lieu des Petites-Îles et qui servait à maintenir un certain niveau d'eau afin que les bateaux puissent remonter la rivière. Cette chaussée et les courbes prononcées de la rivière en ces lieux ont favorisé la création de ces petites îles de sable. La découverte d'outils préhistoriques autour des divers lieux des Îles montre une occupation très ancienne de cette courbe de la Sarthe.

Les Iles en 1995 (cliché de M. Fougeray transmis par T. Gouet)

Les Iles en 1995 (cliché de M. Fougeray transmis par T. Gouet)

Le nom des lieux de nos communes : Fillé sur Sarthe (suite)

Îles (Les Grandes) (1844, F2) : Voir ci-dessus.

 

Îles (Les Petites) (1844, F1) : Voir ci-dessus.

 

Îles du Milieu (Les) (1844, F2) : Voir ci-dessus.

 

Isles (Les Basses) (1810, C1) : Voir ci-dessus.

 

Isles (Les Grandes) (1810, C1) : Voir ci-dessus.

 

Isles (Les Petites) (1810, C1) : Voir ci-dessus.

 

Isles du Milieu (Les) (1810, C1) : Voir ci-dessus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires