Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 15:10

Ganerie (La) (1809, D1), La Gasnerie (1843, A1)  : Le lieu habité par Gasnier.

 

Gaste (La) (1809, A1) : Encore un toponyme en rapport avec le bois des Teillais. On rencontre également ailleurs dans l'ouest la forme « gâtine » ou encore « vast » (plutôt en Normandie). Le mot désigne en général un espace désert, inculte mais plus dans le sens de terrain abandonné. Cela correspond assez à ce que nous raconte l'archéologie de ce secteur puisque nous sommes à quelques centaines de mètres d'un habitat gaulois ou gallo-romain ; ce domaine agricole antique semble avoir été abandonné et l'espace a alors été occupé par le bois des Teillais.

 

Gâtes (La) (1843, C3) : voir ci-dessus.

 

Goucet (Le Petit) (1843, B1) : Le lieu n'existe pas sur le cadastre de 1809 et paraît donc être créé dans la première moitié du XIXème siècle. Difficile de trouver une explication très claire. Mais on peut penser que c'est à rapprocher du mot français « gousset » qui désigne une poche, un renfoncement. Si on regarde le cadastre de 1843, on constate d'ailleurs que la route de Souligné à cet endroit forme un renfoncement ; il ne faut peut-être pas chercher plus loin l'étymologie du lieu.

 

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Goulotière (La Petite) (1843, B1) : Le lieu habité par Goulot.

 

Goulotière (La Petite) (1843, C2) : On a la chance de posséder un certain nombre de références concernant ce lieu ce qui permet d'en dire un peu plus sur la formation du toponyme. En 1277, il est fait mention du fief de Robert Geliot ou Goliot. En 1302, Renaud dit Goliot, chevalier de la paroisse d'Etival, et sa femme Isabelle laissent aux religieux de Saint-Victeur la dîme des terres de « Goliot » et de « Campi Lamberti ». Il est même fait mention d'un vieux manoir situé entre le cimetière d'Etival et un pré dudit Renaud.

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Goulottière (La) (1809, A1) : voir ci-dessus.

 

Goulottière (La Petite) (1809, C2) : voir ci-dessus.

 

Goupillère (La Petite) (1809, D1 ; 1843, A2) : Le lieu habité par Goupil. En 1291, il est fait mention d'un Guillaume Goupil qui pourrait correspondre à ce lieu.

 

Grenouillet (Le Grand) (1809, C1 ; 1843, B3) : Ce nom pourrait éventuellement provenir d'un patronyme. Mais la localisation sur les bords de l'Orne Champenoise tend plutôt à s'orienter vers un lieu qui désigne une zone humide.

 

Grenouillet (Le Petit) (1809, C1 ; 1843, B3) : voir ci-dessus.

 

Grève (La) (1809, D2 ; 1843, A3) : La Grève est connue pour son fourneau (voir ci-dessus) et pour son moulin à vent. Cependant rien à voir avec une quelconque manifestation ouvrière. Le nom « Grève » peut indiquer la présence d'un terrain pauvre ( à rapprocher du mot « grave ») ou encore un terrain pierreux. Mais le mot pourrait être une variation du terme latin « gradus » signifiant le « degré » c'est à dire une hauteur. Il faut bien admettre que la localisation du lieu-dit la Grève favorise plutôt cette seconde explication. En Sarthe, c'est plutôt « groie » ou « grouas » qui désigne un terrain caillouteux.

 

Guinardière (La) (1809, D1 ; 1843, A2) : Le lieu habité par Guinard, patronyme fréquent en Sarthe.

 

Herpinière (La) (1809, A1 ; 1843, C3) : Le lieu habité par Herpin.

 

Maison Neuve (La) (1809, C2 ; 1843, B1) : Comme cela est dit clairement, un nouvel habitat à proximité d'un autre plus ancien.

 

Maisons Neuves (Les) (1809, D2 ; 1843 A2) : voir ci-dessus.

Maubeths (Les Grands) (1843, B3) : « Maubet » est un patronyme, mais peu fréquent dans nos régions. L'origine n'est pas claire. S'agit-il d'un nom créé à partir d'un patronyme germanique (« bodius ») qui donne en Sarthe « beu » qu'on écrit dans les noms de lieux sous la forme « bœuf » ? Ou est-ce à rapprocher de « Maubec », lieu fortifié ?

 

Maubeths (Les Petits) (1843, B3) : voir ci-dessus.

 

Maubets (Les) (1809, B) : voir ci-dessus.

 

Maubets (Les Petits) (1809, C1) : voir ci-dessus.

 

Misère (1809, B) : Ce nom pourrait indiquer une terre ou un habitat pauvre. Si on regarde le cadastre 1809, on constate qu'il s'agit d'une unique maison dans le coin d'un champ.

Cadastre 1809

Cadastre 1809

Moulin à Vent (Le) (1843, A3) : Il n’apparaît pas sur le cadastre de 1809 ni sur celui de 1843. En 1843 c'est une ferme qui est indiquée, ce qui nous permet de situer ce moulin, cité au XVIIème siècle, dépendant du fief de la Cornuère. A noter qu'on voyait encore il y a quelques années dans les bâtiments actuels un fragment de meule.

 

Moulin à Vent (Le) (1843, B1) : voir Moulin de la Touche ci-dessous.

 

Moulin de la Touche (Le) (1809, C2) : Moulin à vent construit à la fin du XVIIIème siècle par Michel Barreau de Touche, avocat au Parlement. Il apparaît sur un plan terrier du chapitre cathédral du Mans daté du XVIIIème s. mais semble avoir disparu au cous de la première moitié du XIXème siècle.

Le moulin à vent de la Touche sur un plan terrier du XVIIIème siècle

Le moulin à vent de la Touche sur un plan terrier du XVIIIème siècle

Notre Dame (1809, B) : On trouve dans plusieurs documents la dénomination « Notre Dame d'Etival ». La paroisse d'Etival a sans doute été très tôt dédiée à Marie (voir article « Etival » ci-dessus) et ce n'est qu'au début du XIXème siècle que le nom devient Etival-Lès (près)-Le Mans. Le vocable marial est souvent une trace d'ancienneté ; ainsi à l'époque de l'évêque Bertrand (fin VIème s./dévut VIIème s.), la cathédrale du Mans est sous le vocable de Notre-Dame. Or on sait qu'il y avait des liens étroits entre l'évêque Bertrand et Etival.

 

Cadastre 1809

Cadastre 1809

Ormeau (L') (1809, C2) : C'est très souvent un arbre, un orme ou ormeau, qui est à l'origine de ce nom.

 

Ormeau (Le Grand) (1809, C2 ; 1843, B1) : voir ci-dessus.

 

Ormeau (Le Petit) (1809, C2 ; 1843, B1) : voir ci-dessus.

 

Orne (L') : L'Orne Champenoise est la petite rivière qui traverse Etival du nord au sud. On la qualifie de « champenoise » parce qu'elle prend sa source à Coulans sur Gée en bordure de la Champagne mancelle. Cela permet de la différencier de l'Orne Saosnoise dans le nord du département. On trouve des formes anciennes telles que « Ourne », « Oulne », « Loune ». Comme très souvent pour pour les cours d'eau, le nom des rivières remonte à des époques très anciennes, antérieures à l'arrivée des Romains. Selon certains, on pourrait voir dans le nom « Orne » un mot qui signifierait « méandre ».

 

Ouvrinières (Les) (1809, D2 ; 1843, A3) : Le lieu habité par Ouvrin. C'est un patronyme rare donc il existe peut-être une autre origine pour ce nom.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires