Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 20:34

Aunais (Les) (1809, D1 ; 1843, A2) : Ce toponyme se rencontre souvent dans les communes sarthoises. Il indique en général un lieu humide où se trouvent des aulnes. Et en effet, les Aunaies se situent au nord de la commune d'Etival sur un petit cours d'eau qui se jette dans l'Orne Champenoise.

 

Baumerie (La Basse) (1843, B3) : On trouve au XVIIIème siècle la forme « Bommerie ». Le lieu vient donc du patronyme Bomer. Il y avait au VIème siècle un Bomer, ermite dans le Perche. C'est de ce prénom qu'est apparu le patronyme « Bomer » ; c'est le même processus que pour le prénom « Martin » devenu lui aussi un nom de famille.

 

Baumeries (Les Hautes) (1843, B3) : voir ci-dessus.

 

Beaujeantière (La) (1843, C1) : Le lieu habité par « Beaujean », patronyme fréquent en Sarthe.

 

Beaumeries (Les Basses) (1809, C1) : voir « Baumerie ».

 

Beaumeries (Les Hautes) (1809, C1) : voir « Baumerie ».

 

Besnardière (La) (1809, A2 ; 1843, C2) : Le lieu habité par « Besnard ».

 

Bois (Le Petit) (1809, D1 ; 1843, A2, B2) : Ce toponyme est un vestige d'une vaste zone boisée qui s'étendait dans cette région au Moyen-Age entre les bois de la Cornuère et ceux de Vandoeuvre et Broussin sur Fay.

 

Boulay (Le) (1809, B ; 1843, C1) : Un toponyme qui est soit en rapport avec la présence de bouleaux, soit en lien avec le patronyme « Boulay ». Le lieu est quelque peu célèbre car il appartenait à Charles Bodreau, ultime rédacteur du livre de la dite famille. Il y rapporte quelques vers prononcés au Boulay à l'occasion du baptême de sa fille Marie en 1660.

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Bourg-Neuf (1843, B1) : Nous sommes là aux limites entre Etival, Louplande et Souligné. Il faut entendre par « Bourg-Neuf » la création d'un nouvel habitat au Moyen-Age.

 

Bourgneuf (Le) (1809, C2) : voir ci-dessus.

 

Brosse (1809, B) : Le toponyme « Brosse » désigne un lieu broussailleux. Il est souvent en rapport avec l'idée de défrichement, ce que semble confirmer la toponymie voisine. Nous serions là sur un plateau entre le bourg d'Etival et celui de Voivres, plateau qui paraît avoir été envahi par la végétation puis défriché au Moyen-Age.

 

Brosse (La Grande) (1843, C1) : voir ci-dessus.

 

Brosse (La Petite) (1809, A2 ; 1843, C2) : voir ci-dessus.

 

Brûlerie (La) (1843, C2) : Le toponyme est situé à proximité du toponyme « Brosse » et confirme donc la notion de défrichement médiéval dans cette zone.

 

Buissonnières (Les) (1809, A2) : Sans doute l'endroit où résidait un certain « Busson ». Ou alors un endroit rempli de buissons.

 

Bussonnières (Les) (1843, C4) : voir ci-dessus.

 

Butte (La) (1843, A1) : Le toponyme désigne un point haut, que ce soit un relief naturel ou artificiel telle une motte féodale. L'absence du lieu sur le cadastre de 1809 et l'apparition d'une construction sur celui de 1843 laissent à penser que le nom vient simplement du relief naturel dégagé.

 

Cantinière (La) (1809, C1 ; 1843, B3) : L'option la plus plausible est le lieu habité par Quentin.

 

Carrefour (Le) (1809, B ; 1843, C1, C2) : Fort logiquement, ce nom marque le carrefour de deux chemins anciens : un menant sur Louplande et l'autre sur Voivres.

 

Carrefour de la Sablière (Le) (1843, B2) : Ce nom se situe au carrefour de plusieurs chemins. Par contre les cadastres n'indiquent pas de lieux nommés « la Sablière » ; mais tout proche se situe « le Chaussumerie » sur la commune de Louplande. Ce nom désigne en général l'endroit où on produit de la chaux. Il est fort probable que l’extraction de la matière première soit à l'origine du mot « sablière » utilisé sur le cadastre.

Cadastre 1843

 

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Carrefour du Liard (Le) (1843, B1) : Encore un croisement de plusieurs chemins sans doute marqué par un peuplier noir. On dit que le mot « liart » a été donné à cet arbre car ces fines jeunes branches permettaient de faire des liens. Mais en vieux-français, « liart » désigne une couleur blanc-gris, un peu comme la couleur du tronc du peuplier noir.

 

Châleries (Les) (1843, C3) : L'accent circonflexe indique une forme ancienne « Chasleries ». Soit le lieu désigne l'endroit habité par « Chasle », patronyme fréquent en Sarthe, soit il vient d'une racine latine qui donne le mot « chaleur » et qui désignerait alors une terre aride, sèche. Au XIIème siècle est cité parmi les vassaux de La Suze un certain Hugo de Challeria, mais il difficile de dire s'il s'agit du même lieu que celui d'Etival. Cependant un Guillaume Chaillère cité pour son fief en Etival conforte quand même cette opinion.

 

Champ-Fleury (1843, C3) : Un nom de lieu très fréquent en Sarthe. Le nom peut désigner le champ appartenant à Fleury ou encore un herbage couvert de fleurs. Cela peut aussi indiquer une terre riche.

 

Chanteloup (1809, A1 ; 1843, C4) : Il existe plusieurs variantes pour tenter d'expliquer ce toponyme. Pour certains, cela désigne un lieu isolé où se rassemblaient les loups. Ou encore le champ où chantaient les alouettes. D'autres encore y voient une racine celte qui se traduirait par « hauteur pierreuse ». A noter tout de même que Chanteloup se situe dans la zone de l'ancienne forêt des Teillais.

 

Chanteloup (Le Petit) (1843, C3) : voir ci-dessus.

 

Chasleries (Les) (1809, A1) : voir « Châleries ».

 

Chaussée (La) (1809, A2 ; 1843, C2) : La Chaussée est un toponyme qui peut avoir plusieurs sens. Il peut trouver son origine dans le passage d'un ancien chemin qui parfois indique la présence d'une voie romaine. Mais pour ce qui est d'Etival, il paraît plus logique de s'orienter vers la chaussée d'étang car la topographie des lieux s'y prête. En contrebas du village passe le ruisseau du Gué dit aussi ruisseau de Pont-Chabeau sur le cadastre de 1843. La construction d'une chaussée, barrage de terre et de pierres, permettait de retenir l'eau, de créér un étang et, de fait, de pouvoir passer de l'autre côté du ruisseau.

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Cornuère (La) (1809, C1 ; 1843, B3) : Difficile de connaître l'origine de ce nom qui tourne souvent autour d'une pointe, d'un angle saillant. Il faut sans doute se rapprocher de la situation initiale de la Cornuère et éventuellement se tourner vers un élément défensif. Mais des textes du XIIIème siècle nomment un Philippe Cornu qui reçoit des terres relevant d'Etival et de Louplande ; on peut donc plutôt s'orienter vers cette indication pour expliquer l'origine du toponyme.

La Cornuère était un des anciens fiefs d'Etival et le cadastre de 1843 montre encore en partie l'organisation du site même si le château avait été vendu au XVIIIème siècle pour en utiliser la pierre.

 

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Cornuère (La Petite) (1809, C1) : voir ci-dessus.

 

Courbe (La) (1809, D2 ; 1843, A3) : Très souvent ce nom trouve son origine dans une particularité du relief. Et à Etival, la Courbe ne déroge pas à la tradition puisque le lieu est sur la partie externe d'une courbe de l'Orne Champenoise. A noter que le site est topographiquement très intéressant et pourrait avoir connu une occupation humaine très ancienne.

 

Deniers (Les Deux) (1843, C4) : Le lieu paraît être une création « récente » puisqu'il n’apparaît pas sur le cadastre de 1809 mais seulement sur celui de 1843. D'ailleurs en 1832, on vend par parties une « belle ferme patrimoniale », celle de la Gâte, dont un lot est composé de la pièce de Deux-Deniers d'une superficie de cinq journaux un tiers. Le nom de cette pièce de terre provient sans doute d'une rente établie au Moyen-Age.

Dimberdière (La) (1809, C2 ; 1843, B1) : Le lieu habité par Dimbert. C'est un patronyme très peu présent en Sarthe mais que l'on retrouve ailleurs en France. On peut aussi se demander s'il ne s'agit pas d'une déformation du patronyme « Imbert » beaucoup plus présent en Sarthe.

 

A suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires