Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 20:05

Oumortier (l') (Chemiré 1843, C2) : voir « Laumortier »

 

Papinière (la) (Chemiré 1809, B3 ; Chemiré 1843, E1) : fief au 18è s. Le lieu habité par Papin.

Les noms de lieux de nos communes : Chemiré le Gaudin (suite)

Patys (les) (Athenay 1809, C ; Chemiré 1843 A1) : écrit « Patis » en 1843. Un toponyme fréquent en Sarthe qui désigne un pâturage, généralement de qualité médiocre.

 

Pile (la) (Chemiré 1809, D3 ; Chemiré 1843, C4) : Un autre toponyme pas très clair. En général ce nom fait référence à une construction, un empilement de matériaux, etc. Peut-être est-ce en rapport avec l'action de piler.

 

Pinotière (la) (Chemiré 1809, B4 ; 1843, E2) : L'endroit habité par Pinot. Serait le lieu d'un fief au XVIème siècle.

 

Pont (le) (Chemiré 1809, B3 ; Chemiré 1843, E1) : Le Pont est situé au sud de la commune de Chemiré sur les bords du Renom. Avant la construction de l'actuelle route de Sablé au début du XIXème siècle, le passage du Pont permettait de rejoindre le secteur de Saint-Benoît grâce à un réseau de chemins plus dense qu'aujourd'hui en franchissant le Renom.

 

Port (le) (Chemiré 1809, C4 ; Chemiré 1843, D2) : Le lieu se situe au sud de Saint-Benoît sur la rive gauche de la Sarthe. Il s'agit d'une halte pour les marchandises située entre les ports de Fercé et de La Suze. Les archives notariales de l'Ancien Régime y font plusieurs fois références.

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Pralais (Chemiré 1809, D2 ; Chemiré 1843, C4) : A rapprocher du vieux-français « Prael », Préel », etc., mot qui désigne une prairie. « Praelet » veut dire « petit pré ». A noter le lieu voisin de « Préaux » qui a la même étymologie.

 

Préaux (Chemiré 1809, D2 ; Chemiré 1843, C4) : écrit « Préau » en 1843. Voir Pralais.

 

Presbytère (le) (Athenay 1809, B ; Chemiré 1843 A3) : Le lieu est à 200 mètres au sud de l'église d'Athenay. La paroisse d'Athenay n'a retrouvé un prêtre attitré qu'à partir de 1768. Auparavant, c'est le curé ou le vicaire de Chemiré qui intervenaient sur Athenay.

 

Presbytère (le) (Chemiré 1843, B2) : Le lieu de résidence du prêtre. A noter que le mot latin pour dire « prêtre » est « presbyter ».

 

Quéray (le) (Athenay 1809, B ; Chemiré 1843 A1) : Nous avons là un toponyme assez énigmatique dont l'étymologie n'est pas claire. Les mots de l'ancien français et du patois qui s'en rapprochent ne donnent pas satisfaction.

 

Quetin (le) (Chemiré 1809, B3 ; Chemiré 1843, D4) : Là encore, rien de bien convaincant.

 

Ray (moulin de) (Chemiré 1809, B1 ; 1843, E3) : Ray est un moulin sur la Gée en limite avec la commune de Maigné. En vieux français, le mot « rai » désigne un ruisseau ; cela correspond assez bien avec le lieu.

Cadastre 1843

Cadastre 1843

Réchamps (les) (Chemiré 1809, C3 ; Chemiré 1843, D1) : « Grand » et « Petit » en 1843. Rien de bien clair pour ce nom de lieu au nord de Saint-Benoît. Nous sommes ici sur le rebord du plateau juste avant la pente sur Saint-Benoît. Le sens du mot « champ » ne pose pas de problème ; par contre il faudrait avoir un texte ancien avec éventuellement le nom du lieu en latin pour comprendre le sens de « Ré ».

 

Renarderie (la) (Chemiré 1809, E ; Chemiré 1843, B3) : écrit la « La Renardière » en 1843. Il s'agit du lieu habité par Renard.

 

Renaudière (la) (Chemiré 1809, A1 ; Chemiré 1843, B4) : écrit « La Renottière » en 1843. Le lieu habité par Renaud.

 

Renom : Il s'agit du cours d'eau qui traverse Chemiré du nord au sud. Il prend sa source sur la commune de Coulans sur Gée et se jette dans la Sarthe en servant de limite avec la commune de Fercé. Comment souvent pour les cours d'eau, il semblerait que l'on soit ici en présence d'un toponyme aux racines celtiques qui veut dire … « cours d'eau ».

 

Richardière (la) (Chemiré 1809, E ; Chemiré 1843, B3) : Le lieu habité par Richard.

 

Richebourg (Grand) (Chemiré 1843, A1) : Pour certains, « riche » a le sens de « puissant », «important ». Il semblerait que ce toponyme traduise une ancienne occupation peut-être franque. Le parcellaire ancien laisse paraître une organisation spatiale elliptique traduisant une ancienne occupation.

 

Rigebours (les) (Athenay 1809, C ; Chemiré 1843 A1) : écrit « les Richebourgs » en 1843. Voir « Richebourg ».

 

Ringars (moulin de) (Chemiré 1809, B2 ; Chemiré 1843, C1, E2) : écrit « Raingeard » en 1843. Ce nom pourrait venir d'un patronyme d'origine germanique.

 

Rivière (la) (Chemiré 1809, B3 ; Chemiré 1843, E1) : La situation en fond de vallée et sur une des rives du Renom indiquent que le toponyme « Rivière » est en rapport avec le cours d'eau qu'il côtoie.

 

Roche (la) (Chemiré 1809, A2 ; Chemiré 1843 B2) : Le nom indique en général la présence d'une roche ; il peut s'agir d'un rocher naturel et dans d'autres cas d'un mégalithique installé par les humains à la fin de la Préhistoire. Il est, dans l'état actuel de nos connaissances sur Chemiré, impossible de trancher. Notons tout de même que la Roche se situe près du Four à Chaux ; mais là encore il est impossible d'établir un lien entre les deux lieux si ce n'est la proximité.

 

Rotruères (les) (Chemiré 1809, C2 ; Chemiré 1843, D4) : écrit « la Roteruère » en 1843. En 1642, on parle d'un fief de la Rotruère. Il semble que ce toponyme corresponde au lieu habité par Rotrou.

 

Rougelière (la) (Athenay 1809, C ; Chemiré 1843 A1) : fief. Le nom peut provenir du patronyme « Rougel », « Rougeau » et ses variantes. Mais on sait aussi que les toponymes qui tournent autour de la couleur rouge sont des indices de site archéologique. Dans les cas sur Chemiré, rien n'indique la présence de tels vestiges archéologiques.

 

Rougelière (la) (Chemiré 1809, D3 ; Chemiré 1843, C4) : voir ci-dessus.

 

Roulinières (les) (Chemiré 1809, A1 et D1 ; Chemiré 1843, C2) : Le lieu habité par Roulin.

Roupie (la) (Athenay 1809, B ; Chemiré 1843 A3) : « Les Roupies » en 1843. Encore un nom de lieu peu clair. Le mot « roupie » existe bien dans la langue française ; il désigne la goutte au nez mais aussi le rouge-gorge. Dans le nord de la France et en Belgique, « roupis » a le sens de terrain en friche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires