Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 16:15

Un acte notarié de 1768 nous donne un aperçu de l'organisation du centre-bourg de La Suze au milieu du 18ème siècle.

 

Page 1/4

Echange et contréchange

de 2 chainées 1/2 de terrain en jardin

contre une portion de pré

par la d(emoisel)le v(euv)e Fontenais

à M. le comte de La Suze

chaque portion ev(alu)ée 45#

 

  1. Pardevant nous Claude Julien

  2. Baussan du Bignon notaire

  3. royal gardenotes et scel héréditaire

  4. du Roi au Maine pour la collocation de

  5. La Suze demeurant ville de La Suze soussigné

  6. Furent present haut et puissant seigneur messire

  7. Louis Michel Chamillard comte de La Suze lieutenant

  8. general des armées du Roi grand maréchal des logis de

  9. sa maison gouverneur de Mont Dauphin seigneur de Courcelles

  10. Chateau Senechal, Ligron, Noyen, Pirmil, Royzé Mezerai et au(tres) lieux

  11. demeurant ordinairement à Paris en son hôtel rue de

  12. Bourbon p(aroi)sse S(ain)t Sulpice,

  13. stipulé et representé par m(aîtr)e Yrieix Rilhac avocat

  14. en Parlement bailly du comté de La Suze dem(euran)t

  15. à Courcelles, de present en cette ville

  16. d'une part,

  17. Et dem(oise)lle Louise Fouqueré v(euv)e du s(ieu)r Michel Fontenais

  18. marchand dem(euran)te en cetted(ite) ville de La Suze d'autre part ;

  19. entre lesquels a été fait l'echange et contre echange

  20. qui suit, c'est à savoir que lad(ite) d(emoise)lle v(euv)e Fontenais

  21. a cédé, abandonné et delaissé et promis garantir à mond(it)

  22. seigneur comte de La Suze representé comme dit est

  23. un morceau de terre servant de jardin situé au devant et

  24. faisant partie des dependances de la maison dont lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e

  25. Fontenais est propriétaire en cette ville la rue entre deux, led(it) morceau de terre

  26. en jardin contenant deux chainées et demie et cotoyant

  27. vers le midi et aboutissant à l'orient la rue qui tend du fauxbourg

  28. S(ain)t Nicolas à la place du marché, joignant d'autre bout vers

 

Page 2/4

  1. le couchant la grande rue, et d'autre côté vers le nord

  2. les batimens de la d(emoisel)le v(euv)e Poirier, lequel morceau de

  3. terre est destiné par mond(it) seigneur comte de La Suze à

  4. faire une seconde place publique pour la plus grande

  5. commodité du marché aux chevaux

  6. Et en contréchange led(it) seigneur comte de La Suze

  7. a pareillement cédé abandonné et delaissé à lad(ite) d(emoisel)le

  8. v(euv)e Fontenais ses héritiers et ayant cause en pleine

  9. propriété et à perpétuité, un morceau de terre de pareille

  10. grandeur et même huit pieds de largeur en sus afin de

  11. lui faciliter d'enclorre led(it) terrein de haie et fossé ou telle

  12. autre cloture que bon semblera à lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais ; de sorte

  13. que led(it) terrein aura vingt quatre pieds de large et

  14. quatre vingt trois pieds de long, ce qui compose avec une

  15. petite portion d'issue ci après, environ trois chainées

  16. et demie de terrein le tout à raison de vingt cinq pieds

  17. la chainée, lad(ite) portion donnée en contréchange

  18. à prendre dans le pré de l'ancien château où est actuellem(en)t

  19. le Palais de la justice du comté de La Suze, le long des

  20. palis qui closent vers l'orient les jardins de lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e

  21. Fontenais et avancer de là vers les murs dud(it) ancien château

  22. de l'espace de vingt quatre pieds de largeur, et

  23. s'etendre en la longueur desd(its) quatre vingt trois pieds

  24. depuis l'alignement des batimens de lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais

  25. et le commencement de sesd(its) palis jusqu'au petit ruisseau

  26. de Puissantour qui descend de la rue

  27. S(ain)t Nicolas et autres pour se rendre dans les fossés et douves

  28. dud(it) ancien château.

  29. Aura en outre lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais la propriété des issues

  30. situées entre sa maison et led(it) pré autant que la largeur de

 

Page 3/4

  1. ses bâtimens en emporte, ce qui ayant été mesuré s'est

  2. trouvé d'environ un tiers de chainée de terrain et avec pouvoir

  3. de s'enclorre comme bon lui semblera ; pour marquer les

  4. limites duquel terrein donné en contréchange par led(it) s(ei)g(neur)

  5. comte de La Suze, il a été planté des piquets de distance en

  6. distance, jusques et en deca desquels il a été fait un scillon ou tranchée pour

  7. separer les terreins abandonnés à lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais laquelle

  8. pourra faire continuer lesd(ites) clotures, jouir user et disposer

  9. et exploiter comme bon lui semblera led(it) terrein contréchangé

  10. comme propriétaire d'icelui à partir de ce jour, avec faculte

  11. en outre à elle de disposer de la cloture et des arbres, legumes

  12. et autres plantes qui sont dans led(it) jardin par elle donné

  13. en échange jusqu'au huit du mois

  14. de fevrier de façon que led(it) terrein en jardin soit

  15. entierement ouvert pour la foire du jeudy gras

  16. qui suit immediatement.

  17. Les parties se cédant et transportant au surplus tous droits de

  18. propriété, noms, raisons et actions, rescindents et rescisoires

  19. pour raison desd(ites) parties echangées et contre échangées

  20. A la charge par lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais de tenir et relever lad(ite) portion de

  21. terrein à elle donnée en contréchange censivement dud(it)

  22. comté de La Suze aux mêmes cens rentes charges et devoirs

  23. dont étoit tenue lad(ite) partie échangée et ce par forme

  24. de compensation et échange à cet egard.

  25. Sera le coût des presentes et d'une exped(iti)on pour lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e

  26. Fontenais pour lui tenir lieu de titre de propriété, aux frais

  27. dud(it) seigneur comte de La Suze.

  28. Et ont les parties evalué chaque portion de terrein échangée

  29. et contréchangée à la somme principale de quarante

  30. cinq livres, demeurant lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais

  31. dechargée des lots et ventes à raison des presentes et pour

  32. cette fois seulement.

  33. Car le tout a été ainsi voulu, consenti, stipulé et accepté

 

Page 4/4

  1. entre mond(it) s(ei)g(neur) comte de La Suze rep(rése)nté comme dit est

  2. et lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais, dont jugées de leur consentem(ent) apres

  3. lecture.

  4. Fait et passé dite ville de La Suze, maison de

  5. ladite demoiselle veuve Fontenais

  6. l'an mil sept cent soixante huit le jeudy

  7. vingt huitieme jour du mois de janvier à vant midi

  8. presens m(aîtr)e Louis Delaine procureur fiscal du comté

  9. de La Suze et m(aîtr)e Joseph Froger prêtre habitué en l'église

  10. de cette paroisse demeurants en cette dite ville

  11. témoins à ce requis et appellés et ont signé.

  12. Gloses la rue entre deux, et en deça dès,

  13. ou tranchée, de tenir et relever,

  14. rayé douze mots ou syllabes nuls

  15. approuvé les mots d'enclorre, jusques et en deça desquels, étoit, chaque

  16. comme bons quoique surchargés

  17. [signatures] Rilhac, L Fouquere veuve Fontenes, L Dalaine, J Froger, Baussan

 

 

 

Agrandissement de la place du marché à La Suze

Vocabulaire

Aboutissant : joignant par le bout.

Chaînée : C'est une unité de longueur qui vaut 25 pieds (1 pied = 0,3249 m.) soit 8,12 m. Mais c'est également une unité de surface qui correspond à 0,6595 are.

Garde notes et scel : Le garde notes est l’officier qui garde les minutes des actes. Au 17ème siècle, c’est souvent le notaire qui a cette fonction. Le garde scel (scellés, sceau) est le notaire qui peut certifier un acte de la juridiction.

Palis : clôture de pieux.

Le seigneur de La Suze

Le seigneur de La Suze du moment est Louis Michel Chamillart (1709-1774), petit-fils de Michel, ministre de Louis XIV, et dont on disait de lui dans une pseudo épitaphe « Ci-gît le fameux Chamillart, De son roi le protonotaire, Qui fut un héros au billard, Un zéro dans le ministère ». C'est ce même Michel Chamillart qui avait acquis le comté de La Suze et avait transporté la résidence comtale du vieux château de La Suze, celui qui est au sud de l'église, vers Courcelles la Forêt où la demeure était plus prestigieuse et plus agréable. Mais Courcelles a été vendu au début du 20ème siècle à des antiquaires plus avides d'argent que d'amour de l'art. Tout a été démonté et revendu ; aujourd'hui il n'y a plus de château.

Auparavant, la terre de La Suze appartenait à la famille de Champagne. Mais celle-ci se trouvant ruinée, les terres sont démembrées et revendues à différentes familles. C'est en 1720 que Michel Chamillart acquiert La Suze et d'autres seigneuries du secteur afin de créer un nouveau comté de La Suze à la géographie différente de l'ancien territoire.

L'actuel château de La Suze visible au sud de l'église est une construction de la fin du Moyen-Âge. Il suffit de faire le tour du site pour se rendre compte qu'il est construit sur une motte féodale, vestige de la première forteresse qui contrôlait le passage sur la Sarthe, forteresse que l'on peut dater de la première partie du 11ème siècle. Dans l'état actuel des connaissances, il est assez difficile de dire s'il y avait une occupation médiévale d'importance plus ancienne. A noter que les parties les plus anciennes de l'église remontent elles-aussi au 11ème siècle.

Le château sur sa motte et l'église médiévale.

Le château sur sa motte et l'église médiévale.

L'appareillage en opus spicatum sur les murs de nef de l'église permet de placer cette partie de l'église au moins dans la première partie du 11è siècle, même si on connait en Normandie une utilisation plus ancienne de ce genre d'appreillage.

L'appareillage en opus spicatum sur les murs de nef de l'église permet de placer cette partie de l'église au moins dans la première partie du 11è siècle, même si on connait en Normandie une utilisation plus ancienne de ce genre d'appreillage.

Il faut aussi s'intéresser de près à la rue de la Motte qui pourrait indiquer l'emplacement d'une motte plus ancienne.

Louise Fouqueray

Louise Fouqueray est veuve de Michel Fontenay, marchand boulanger décédé à La Suze le 21 août 1761 à l'âge de 52 ans. Ils s'étaient épousés à Mansigné le 20 novembre 1736 et sont issus d'une famille de petite importance puisque dans cet acte de mariage les deux pères sont qualifiés du titre de « marchand ».

La localisation de ce bout de terrain

La difficulté est de situer cette petite portion de terrain d’environ 160 m2. La parcelle est localisée par rapport à d'autres repères géographiques et non en s'appuyant sur des numéros comme cela apparaîtra un peu plus tard sur les cadastres.

Prenons justement les cadastres de 1810 et 1843 pour tenter de se repérer. Le texte des archives situe la parcelle en utilisant les points cardinaux et des repères sur le terrain :

  • vers le Sud et dans la longueur : la rue qui vient du faubourg Saint Nicolas et qui rejoint la place du marché.

  • à l'Est et sur la largeur (« aboutissant » : qui joint par le bout) : la rue qui vient du faubourg Saint Nicolas et qui rejoint la place du marché.

  • vers l'Ouest et donc sur l'autre bout : la Grande Rue.

  • Au Nord : les bâtiments de la demoiselle veuve Poirier.

Avec ces indications, l'endroit qui paraît correspondre le mieux est l'actuelle rue Jean-Jacques Rousseau là où se situe la Poste, près de l'endroit nommé sur le cadastre de 1843 « carrefour de la Pomme de Pin ». On sait par un autre document, que la veuve Poirier a les bâtiments dans la partie sud de cet îlot bâti ; ceux le long de la ruelle de la Place (aujourd'hui ruelle du Passe-Plats) appartenant à René Joubert, notaire royal.

Agrandissement de la place du marché à La Suze

Par ailleurs le document notarié spécifie que le morceau de terrain de Louise Fouqueré est « un morceau de terre servant de jardin situé au devant et faisant partie des dependances de la maison dont lad(ite) d(emoisel)le v(euv)e Fontenais est propriétaire en cette ville la rue entre deux ».

En contre-échange, elle reçoit un bout de terrain qui dépendait du château. L'élément intéressant est l'apparition du petit ruisseau dit Puissantour. Il permet de mieux situer les lieux. Aujourd'hui ce petit cours d'eau a disparu, mais il est dessiné sur le cadastre de 1843. Il s'agit d'un ru qui descend du vallon des Epinettes et qui vient se jeter dans les douves du château ; il n'est pas important mais devait par moment rendre la circulation difficile dans cette portion de la rue Saint-Nicolas.

Le ruisseau de Puissantour sur le cadastre de 1843.

Le ruisseau de Puissantour sur le cadastre de 1843.

Pour l'instant, nous n'avons retrouvé qu'un autre document de 1770 citant ce ruisseau. Ce nom est peu courant et il est difficile d'en établir l'étymologie en se basant sur seulement deux occurrences. Certains y voient simplement la forme simplifiée de « Puits sans tour » désignant un simple puits sans treuil pour remonter les seaux ou encore un puits sans couverture. Mais il semble plus judicieux d'y voir une origine telle que « Pissentour » ou même « Pisserote », termes qui désignent en général de petits cours d'eau au faible écoulement. Plusieurs toponymes en Sarthe ont la même racine : Pisse-Grèle et le Pissot à Brûlon, Pisseloup à Parigné l'Evêque, la fontaine du Pissot à Mamers et au Mans, etc.

Les marchés et foires de La Suze

Le marché de La Suze se tient actuellement encore le jeudi et semble avoir été fixé à ce jour en 1566.

Le marché et les foires de l'Ancien Régime ont été maintenus après la Révolution. Pesche nous en dit ceci : « Marché le jeudi de chaque semaine, peu considérable en grains et bestiaux, si ce n'est en porcs ; plus important en oies, volailles, gibier, fruits, noix, marrons et menues denrées, enlevées par les marchands du Mans et de La Flèche ; autre petit marché de menues denrées, le dimanche matin. 6 foires d'un jour, peu fortes également, fixées, les quatre premières, par décret du 19 fructidor an X, les deux autres, par ordonnance du 7 mars 1817, aux jeudis 2e de février, 2è après Pâques, 2è de juin, 4è de juillet, 1er d'octobre et 1er de décembre. Par ordonnance du 25 décembre 1840, celle de ces foires, fixées alors au 2è jeudi de février, tiendra à l'avenir de jeudi qui précède le mardi gras, par conséquent ». Mais Expilly en 1770 ne rapporte que quatre foires.

Le marché de La Suze au début du 20ème siècle.

Le marché de La Suze au début du 20ème siècle.

La place du marché et la circulation à La Suze

Aujourd'hui, la place du marché est le point de passage obligatoire pour qui veut se rendre dans les autres quartiers de la ville. Mais jusqu'à l'élargissement de l'actuelle rue Jean-Jacques Rousseau, la place du marché est plutôt un cul-de-sac puisque le boulevard Henri Wille et la rue Germain Laporte (nommée sur certaines cartes postales anciennes « rue neuve du collège ») n'existent pas ce qui ferme le côté nord. Le principal circuit pour les véhicules qui passent par La Suze pour se rendre du Mans à Sablé en passant par Malicorne se fait en empruntant les endroits qui suivent :

  • entrée par le faubourg Saint-Michel,

  • passage par le pont,

  • virage à angle droit pour prendre sur la droite la rue Basse,

  • au bout virage à angle droit pour suivre sur la gauche la Grande Rue,

  • on suit la Grande Rue pour contourner le centre de La Suze,

  • puis on arrive sur la rue Saint-Nicolas (actuelle rue Jules Olivier) pour sortir de la ville.

Les cadastres de 1810 et 1843 illustrent très clairement la situation.

 

Pesche dans son dictionnaire décrit ainsi le centre de La Suze dans la première moitié du 19ème siècle : « La ville, non pavée, consiste en une assez grande place, entourée de maisons passablement bâties, où se trouvent l'église, le château et une halle en bois ».

La circulation à La Suze (plan cadastral de 1843). En rouge le tracé ordinaire; en bleu le passage aménagé.

La circulation à La Suze (plan cadastral de 1843). En rouge le tracé ordinaire; en bleu le passage aménagé.

Après avoir traversé le pont on prend la Rue Basse (à gauche sur la photo). A noter la maison Morin dont l'angle est biseauté afin de faciliter la prise du virage.

Après avoir traversé le pont on prend la Rue Basse (à gauche sur la photo). A noter la maison Morin dont l'angle est biseauté afin de faciliter la prise du virage.

L'étroite Rue Basse, au pied du chevet de l'église de La Suze, permet de contourner le bourg.

L'étroite Rue Basse, au pied du chevet de l'église de La Suze, permet de contourner le bourg.

La Rue Basse débouche sur la Grande Rue en faisant un angle droit.

La Rue Basse débouche sur la Grande Rue en faisant un angle droit.

Cette portion de la Grande Rue garde la forme arrondie de la fortification médiévale.

Cette portion de la Grande Rue garde la forme arrondie de la fortification médiévale.

La Grande Rue avec à gauche un bâtiment de la fin du Moyen-Age.

La Grande Rue avec à gauche un bâtiment de la fin du Moyen-Age.

La Grande Rue avec au fond le débouché où se trouvait le terrain de Louise Fouqueray.

La Grande Rue avec au fond le débouché où se trouvait le terrain de Louise Fouqueray.

La Rue Saint-Nicolas qui permet de rejoindre la route de Malicorne.

La Rue Saint-Nicolas qui permet de rejoindre la route de Malicorne.

Evocation de la place du marché avant le percement du Boulevard Henri Wille et de la Rue Germain Laporte dans la deuxième moitié du 19è siècle.

Evocation de la place du marché avant le percement du Boulevard Henri Wille et de la Rue Germain Laporte dans la deuxième moitié du 19è siècle.

Les archives notariales sur La Suze sont une mine d'or pour comprendre l'organisation économique, sociale et spatiale de la ville de l'Ancien Régime.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires