Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • Histoire du canton de La Suze sur Sarthe
  • : Infos sur l'histoire et le patrimoine des communes du canton de La Suze sur Sarthe (72)
  • Contact

Recherche

8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 08:26

A l'occasion du 70ème anniversaire de la Libération de la Sarthe, nous présentons ici l'exposition que nous avions réalisée et montrée dans divers lieux du département au début des années 2000.

Au cours de ce mois, nous mettrons plusieurs pages concernant les aérodromes américains installés en Sarthe.

Nos remerciements à tous ceux qui nous ont prêté les documents : les vétérans américains, les familles Brier, Champroux, Cosnard, Dupas, Dutertre, Gaignon, Guittet, Jarry, Lelasseux, Leroux, Lochet, Magne, Richard, Samson, Serceau, Trouvé, la Mairie de Louplande, les Archives Départementales de la Sarthe, le Service Technique de l'Aviation Civile, ainsi que ceux que nous aurions pu oublier.

 

Et enfin les personnes qui souhaitent en connaître plus sur la Libération de la Sarthe peuvent consulter l'imposant ouvrage de Fabrice Avoie, Sarthe, août 1944, histoire d'une Libération, 1ère édition mai 2009.

L'aérodrome américain A-49 C de Beillé semble avoir connu une fréquentation moins intense que les autres. Il s'agit d'une piste créée par les Allemands à partir de juin 1944. A la mi-août 1944, au moment de la Libération de Connerré, les Américains récupèrent la piste et installe à proximité un hôpital de campagne afin d'évacuer les soldats américains blessés.

L'A-49 C était installé à l'Est de la commune entre les lieux-dits les Mézières et la Chapellerie dans ce qui est appelé la Prairie de Beillé.

Selon les travaux de Fabrice Avoie, l'A-49 C a été occupé par les 434th et 440th Troop Carrier Groop.

Plan américain réalisé en 1944.

Plan américain réalisé en 1944.

Août 1944 : l'aérodrome américain A-49 C à Beillé (Sarthe)
Août 1944 : l'aérodrome américain A-49 C à Beillé (Sarthe)
Cadastre de Beillé, 1967, A2

Cadastre de Beillé, 1967, A2

En 2001, Mme Dupas nous avait envoyée un extrait du journal qu'elle tenait. Voici quelques extraits concernant l'année 1944 :

"Deux camps furent aménagés par les Allemands début juin 1944 :

  • l'un dans le pré de Baugé (dans la boucle de l'Huisne entre Pont-de-Gennes et Connerré).
  • l'autre dans les prés de Beillé.

 

Le 19 juin, 3 avions de la Croix-Rouge y ont atterri. L'un a pris son vol le 21 juin et est revenu le soir avec un grand blessé qui fut couché dans une grange en attendant l'ambulance.

Le 24 juin, 4 avions de la Croix-Rouge sont mitraillés dans le camp de Baugé et 3 sont carbonisés.

Les 9 et 10 juillet, les bombes tombent sur le pré de Baugé.

Jeudi 1er juin 1944 : avec Christiane je vais à Sceaux sur Huisne en passant par la petite route de Vouvray, ceci afin de voir les travaux de l'aérodrome du pré de Beillé. Les arbres sont abattus. Deux à trois cents ouvriers requis par les Allemands y travaillent.

28 juin : quelques chasseurs allemands atterrissent à Beillé et à Baugé.

4 juillet : 20 à 30 avions sur le pré de Beillé.

6 juillet : des chasseurs alliés survolent le pré de Beillé.

Papa nous raconte que l'alerte a dû être donnée aux avions allemands décollant car ceux-ci (sauf 4 déjà partis) se sont immédiatement posés et les aviateurs ont sauté de leurs appareils avant que ceux-ci ne soient complétement arrêtés. Les servants de la D.C.A. se sont sauvés pour se cacher.

Après la Libération de Connerré, ce sont les Américains qui ont utilisé l'aérodrome de Beillé; j'y suis allée deux fois. Des militaires me firent visiter les planeurs.

Les Américains y avaient aussi installé un hôpital militaire sous tentes. Nous n'avions pas le droit d'y entrer. Mais les blessés valides pouvaient en sortir. Ils restaient auprès, regardant les passants. J'y suis allée plusieurs fois pour bavarder avec eux. Ils étaient heureux de trouver une Française pouvant parler leur langue.

Cet hôpital était sur la route allant de la gare de Connerré à Beillé. Il fut dirigé sur Paris vers le 4 ou 5 septembre."

 

Extrait de la commission consultative de Beillé (1951).

Extrait de la commission consultative de Beillé (1951).

Rappel de la législation en vigueur : L'utilisation des détecteurs de métaux est strictement interdite sur ces sites historiques. En cas de problème, prévenir la gendarmerie.

 

Code du Patrimoine,

Art. L. 542-1 - Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d'objets métalliques, à l'effet de recherches de monuments et d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art ou l'archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe
commenter cet article

commentaires